Braconnage des éléphants : l’Afrique a mieux lutté que l’Asie en 2013

Par Jeune Afrique

Des défenses d'éléphants saisies à Mombasa, au Kenya, le 5 juin 2014. © AFP

Selon un rapport publié vendredi par la Convention sur le commerce international des espèces menacées (Cites), en 2013, la chasse aux contrebandiers d'ivoire a été pour la première fois plus fructueuse en Afrique qu'en Asie.

Trois pays africains sont cités en exemple dans la lutte contre le braconnage des éléphants. Dans un rapport rendu public le 13 mai à Genève, la Convention sur le commerce international des espèces menacées (Cites) souligne que "80 % des saisies ont été faites au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda". Conséquence : pour l’année 2013, le continent africain a mieux lutté que l’Asie contre la contrebande.

Depuis mars 2013 en effet, pour la première fois, "davantage de grosses prises ont été faites en Afrique qu’en Asie", indique l’organisation internationale chargée de la protection des espèces menacées. "Jusque-là, ces grosses cargaisons arrivaient à quitter l’Afrique avant d’être détectées", a déclaré Ben Janse van Rensburg, un ancien officier de police sud-africain qui dirige la task force de la Cites dans ce dossier. "À présent, elles sont détectées, ce qui est la preuve que ces pays ont commencé à mettre en œuvre des mesures pour combattre ce commerce illégal", a-t-il ajouté.

Recul par rapport à 2012 et 2011

Le rapport de la Cites rappelle également que plus de 20 000 éléphants ont été braconnés en Afrique l’an dernier. Un chiffre qui montre un net recul par rapport au pic de 2011 où 25 000 éléphants ont été victimes du braconnage. En 2012, leur nombre étaient de 22 000.

>> Lire aussi notre enquête : éléphants sans défense en Afrique

John Scanlon, directeur général de la CITES, a cependant estimé dans un communiqué que les éléphants africains "continuent à faire face à une menace immédiate pour leur survie". Au début du 20è siècle, il y avait 20 millions d’éléphants en Afrique. Ce nombre est tombé à 1,2 million en 1980 et à 500 000 actuellement, selon la CITES.

(Avec AFP)

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici