Mondial 2014 : l’Algérie se qualifie en 8e de finale grâce à son nul face à la Russie (1-1)

Écrit par Malik Kebour

Les Algériens Aissa Mandi, Madjid Bougherra, Saphir Taider et Nabil Ghilas, le 26 juin 2014. © AFP

Pour la première fois de son histoire, l'Algérie se qualifie pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde. Menés 0-1 par les Russes, les Fennecs ont arraché le nul 1-1 grâce à Slimani et finissent deuxièmes derrière la Belgique. Ils retrouveront l'Allemagne qui les avait battus en 1982 en phase de poules.

Les Algériens jouaient le match le plus important de leur histoire. Celui qui devait, enfin, les faire entrer dans le cercle des nations ayant franchi le cap des poules pour se hisser en huitièmes de finale. Inimaginable il y a quelques mois, cette qualification était à portée de main des Algériens, soutenus par tout un peuple vert prêt à exploser. A condition de battre les Russes, voire de concéder un nul à condition que les Coréens ne fassent pas de misères aux Belges.

La belle victoire contre la Corée du Sud (4-2) est celle qui a autorisé le rêve. Permis à l’Algérie d’avoir son destin entre ses pieds. De reprendre confiance en ses qualités et de croire en son potentiel offensif. Mais, elle ne doit pas être un trompe l’oeil, tant les hommes de Vahid Halilhodzik ont été fébriles défensivement. 

Ce dernier a choisi justement de titulariser Belkacem en défense centrale. Certes en délicatesse avec son mollet, le capitaine Bougherra a aussi paru emprunté contre les Coréens, dimanche.

>> Lire aussi : Lakhdar Belloumi, le maestro algérien

Les Algériens tentent d’emblée d’installer le même rythme que lors de leur première victoire en Coupe du monde depuis trente-deux ans. Mais, une nouvelle fois pris à défaut dans leur camp, ils encaissent leur cinquième but du Mondial sur une tête imparable du jeune espoir russe Kokorin (9e).

A peine entrée dans le match, l’Algérie est déjà dos au mur. Le quatuor Feghouli-Brahimi-Djabou-Slimani peine à se trouver et c’est tout le jeu algérien qui balbutie. En face, les hommes de Fabio Capello ne manquent pas une occasion de donner des frayeurs aux supporters algériens en exploitant les contres à fond à l’image de Shatov (16e, 26e) et Kerzhakov (47e). 

Les Algériens ont le ballon mais la domination est stérile et les occasions trop rares pour inquiéter les Russes. Seuls les coups de pied arrêtés semblent pouvoir remettre l’Algérie dans la course à la qualification. Sur corner, avant la pause, Slimani donne des sueurs froides au banc russe de la tête sur corner (43e).

L’attaquant algérien Islam Slimani marque de la tête contre la Russie, le 26 juin 2014 à Curitiba. © AFP

En 8e, le remake de 1982 contre l’Allemagne

A l’heure de jeu, Djabou, aux prises avec Kozlov sur le côté gauche, près de la surface adverse, est retenu par le maillot et obtient un coup franc. Brahimi est de nouveau à la baguette et envoie le ballon dans les six mètres. Slimani profite de la sortie manquée d’Akinfeev pour égaliser. Et redonner espoir aux Verts.

Cette égalisation relance totalement la partie et les Russes donnent tout pour reprendre l’avantage. Kerzhakov et Samedov donnent le tournis à la défense algérienne (70e) mais M’Bolhi veille au grain. Les contres russes sont de plus en plus pressants mais manquent de précision pour faire plier les Fennecs. Le dernier quart d’heure est totalement rouge. Moins à l’aise dans les attaques placées que dans les contre-attaques, les partenaires de Kokorin assiègent le camp algérien sans parvenir à trouver la faille. Ils n’y arriveront jamais.

Le coup de sifflet final de l’arbitre turc M. Cakir libère les vingt-trois Fennecs. Coach Vahid peut respirer, enfin. Le peuple vert exulte. Cette équipe vient de marquer l’histoire du football algérien. Trente-deux ans après sa première victoire en Coupe du monde, face à l’Allemagne (2-1), elle écrit une nouvelle page en se qualifiant pour les huitièmes de finale. Lundi, à 22 heures, elle retrouvera ces mêmes Allemands. Comme un symbole. 

 

Le sélectionneur de l’Algérie Vahid Halilhodzic (2e d) avec Essaid Belkalem (g) aux côtés du Russe Alexei Kozlov après la qualification de l’Algérie en 8e du Mondial, le 26 juin 2014 à Curitiba. © AFP

>> Retrouvez toute l’actu du Mondial 2014 sur notre page spéciale :