Tunisie : Samir Majoul, un « vrai libéral » à la tête de l’Utica

Par - à Tunis

Samir Majoul a pris la tête de l'Utica le 17 janvier 2017. © DR / Utica

Industriel dans le secteur des conserves de fruits et légumes, le nouveau patron des patrons tunisien élu le 17 janvier a occupé presque tous les postes au sein de la fédération patronale.

Coup double pour Samir Majoul, vice président de la centrale patronale tunisienne depuis 2013. Porté le 16 janvier à la direction la Fédération nationale des industries agro-alimentaires, il a été élu le lendemain à la présidence de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica), à l’issue du 16e Congrès national de l’organisation.

Le nouveau patron des patrons, tête d’une liste composée de différents membres du bureau exécutif sortant, succède à Wided Bouchamaoui en ayant obtenu 19 voix sur les 31 exprimées par le nouveau bureau exécutif.

Industriel dans le secteur des conserves de fruits et légumes, il connait tous les méandres et les rouages de l’organisation patronale au sein de laquelle il a accompli l’essentiel de son parcours. L’homme originaire de Djerba, dont la famille s’est distinguée dans le secteur agroalimentaire, la finance et la gestion d’entreprise, a en effet été tour à tout négociateur social, président de la chambre syndicale nationale et président de fédération au sein de l’Utica.

Samir Majoul, nouveau patron des patrons tunisiens. © DR / Utica

Il n’est pas du cercle des grands patrons, mais c’est un vrai libéral

Ligne dure

Membre du conseil national de transition de l’Utica en 2011, il y a défendu le renforcement de la représentativité des régions et des fédérations dans le bureau exécutif de la centrale. À 62 ans, ce chef d’entreprise est reconnu par ses pairs comme un grand travailleur issu du canal historique du patronat.

« Il n’est pas du cercle des grands patrons, mais c’est un vrai libéral » précise Khaled Abdeljaoued, entrepreneur du secteur des TIC.

Certains estiment que le tenace Samir Majoul pêche parfois par manque de diplomatie face aux positions dures des syndicats, ce qui pourrait laisser présager de tiraillements lors des futures négociations sociales avec la centrale syndicale de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT).

Il est néanmoins certain que cet indépendant restera dans le droit fil de l’orientation adoptée par l’Utica depuis 2013 : il mettra la sauvegarde des entreprises privées et du tissu industriel, la lutte contre la bureaucratie et la relance de l’investissement au cœur de son action.


Composition du bureau exécutif de l’UTICA

Secteur de l’industrie :
Khalil Ghariani, Taïeb Gtari, Samir Majoul, Hamadi Kooli, Abdessalem Oued, Hichem Elloumi

Secteur des services :
Moez Salami, Rached Chelli, Lotfi Ali, Boubaker Zkhama, Najoua Fhima

Unions régionales :
Houcine Maaouia, Adel Alaya, Sami Fatnassi, Houda Tkaa, Bilel Khelifa

Instituts :
Bachir Boujedi, Lotfi Hamrouni, Naceur Jeljli, Salem Nabgha, Kaies Sallami,

Secteurs des métiers :
Mourad Mrad, Belhassen Jenzouri, Alaya Dridi

Secteur des commerçants :
Slim Ghrobal, Aref Belkhiria, Khaled Sallami, Taoufik Aribi

Secteur de l’artisanat : 
Salah Amamou,  Lotfi Maanbi,  Azzouz El Kehia,

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici