Crise des migrants : 1400 personnes secourues en Méditerranée

Par Jeune Afrique avec AFP

Un homme originaire d'Afrique sub-saharienne est aidé par une ONG au large de la Libye, en juin 2017. © Emilio Morenatti/AP/SIPA

Onze opérations distinctes ont été nécessaires ce mardi pour secourir les passagers des différentes embarcations qui tentaient de rejoindre l'Europe depuis l'Afrique du Nord. Parmi les rescapés : au moins 175 femmes et 75 enfants.

C’est un nouveau drame en Méditerranée. Près de 1 400 migrants ont été secourus mardi 16 janvier et deux corps sans vie ont été retrouvés à bord d’embarcations qui tentaient la traversée depuis l’Afrique du Nord, selon une annonce des gardes-côtes italiens.

« Frôlé la mort »

Onze opérations de sauvetage distinctes ont été menées par des bateaux appartenant aux gardes-côtes, à la police financière, à la mission Sophia de l’UE, qui lutte contre les trafics en mer, et à l’ONG espagnole Proactiva, pour porter secours aux passagers de sept canots, trois petits bateaux en bois et un plus grand.

Une vision insupportable. Un enfant mort, et il pourrait y en avoir beaucoup plus

Des sauveteurs espagnols ont précisé être venus en aide à un bateau surchargé, transportant environ 400 personnes, dans des conditions extrêmement dangereuses, et qu’un des corps retrouvé était celui d’un enfant. Proactiva a indiqué que parmi les personnes secourues, qui avaient « frôlé la mort », se trouvaient 175 femmes et 75 enfants.

« Une vision insupportable. Un enfant mort, et il pourrait y en avoir beaucoup plus. Encore plus de corps innocents pour le bilan mortel honteux », a écrit cette ONG sur Twitter en espagnol.

Le ministère italien de l’Intérieur a indiqué que près de 1 000 personnes secourues avaient été transportées en Italie depuis le début de l’année, soit 60 % de moins que pendant la même période de l’année précédente.

Accord controversé

L’Italie, soutenue par l’UE, a conclu l’été dernier un accord polémique avec les forces libyennes, visant à empêcher les migrants de prendre la mer et intercepter les bateaux prenant la route de l’Europe, notamment en formant les garde-côtes libyens.

Dans une lettre ouverte adressée aux gouvernements européens, l’ONG Médecins sans Frontières (MSF) avait critiqué en septembre la politique migratoire de l’UE accusée d’« alimenter un système criminel » en Libye.


>>> A lire – Migrants : la coopération UE-Libye est « inhumaine », selon l’ONU


La diffusion le 14 novembre d’un documentaire choc de la chaîne de télévision américaine CNN, qui a démontré l’existence d’un marché aux esclaves près de Tripoli, avait causé l’indignation de la communauté internationale.

Selon un bilan de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) daté de la fin du mois d’octobre 2017, près de 150 000 migrants sont arrivés en Europe par la Méditerranée entre janvier et octobre cette année, et au moins 2 826 autres sont morts ou disparus en mer.

Les chiffres diffusés par l’agence pour les réfugiés de l’ONU font état de 173 personnes mortes ayant trouvé la mort en tentant la traversée depuis l’Afrique du Nord depuis début 2018.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici