Orange va-t-il coter ses activités africaines ?

Par Jeune Afrique

Orange réalise 40 % de son chiffre d'affaires en Afrique. © AFP

L'idée, lancée par un responsable de l'opérateur télécoms, de coter les activités africaines du groupe Orange en a surpris plus d'un. Qu'en est-il vraiment ?

L’idée, lâchée début octobre par le directeur financier d’Orange, Ramon Fernandez, de coter les activités africaines du groupe français a surpris, même en interne. Marc Rennard, le directeur exécutif Afrique et membre du comité de direction, explique ainsi clairement qu’il n’en a jamais été question.

Actuellement, toutes les filiales de l’opérateur en Afrique et au Moyen-Orient sont en train d’être rassemblées au sein d’un même holding, basé en France, ce qui offrira plus de souplesse capitalistique à Orange dans la gestion de ses activités extra-européennes. Cependant, aucune cotation n’est à l’ordre du jour.

Ambitions

Orange réfléchit en revanche à l’obtention d’une licence lui pemettant d’émettre de la monnaie électronique, sans partenaires bancaires, au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Le groupe français compte 90 millions d’abonnés sur le continent africain (40 % de ses clients à travers le monde) et y réalise un chiffre d’affaires de 5,5 milliards d’euros (10 % des revenus du groupe). 

Lire aussi : 

Marc Rennard, Orange : « Une nouvelle révolution est en marche en Afrique »

Mobile money : Orange et Bank of Africa s’allient

BOA Sénégal lance son introduction en Bourse

Bourse : Sonatel passe à l’offensive