Côte d’Ivoire : le FPI dénonce des actes de tortures sur des détenus pro-Gbagbo

Par Jeune Afrique

Pascal Affi N'Guessan, en 2013. © AFP

Selon le chef de l'ex-parti au pouvoir en Côte d'Ivoire, Pascal Affi N'Guessan, près d'un millier de partisans de l'ex-président Laurent Gbagbo, emprisonnés lors de la crise postélectorale de 2010-2011, subissent des tortures.

Lors d’une conférence de presse, Pascal Affi N’Guessan, le président du FPI, parti de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, affirmé que des détenus de la crise postélectorale de 2010-2011 subissaient des tortures en prison.

"Nous comptons 700 prisonniers, après nos investigations dans les prisons et auprès des familles", Pascal Affi N’Guessan, évoquant un chiffre indicatif, lors d’une conférence de presse.

>> Lire aussi : la justice va reprendre les auditions dans l’affaire Guy-André Kieffer

"Je suis persuadé qu’ils sont environ un millier, nos camarades qui vivent l’enfer et dont certains sont torturés", a-t-il souligné.

Lors d’une rencontre avec la presse, jeudi, le ministre de la Justice Gnénéma Coulibaly a de son côté déploré tout acte de torture commis dans les prisons ivoiriennes.

Le FPI, ex-parti au pouvoir, déplore toujours des arrestations pour des raisons politiques de ses partisans, dont certains sont détenus dans des lieux tenus secrets et vivant dans des conditions de grande précarité.

"Les prisonniers politiques souffrent de maladies (…) il y a beaucoup de morts par manque de soins", a poursuivi le chef de l’opposition, sans donner de chiffres.

Libérations provisoires

Alors que le pouvoir avait annoncé le 22 mai la mise en liberté provisoire de 150 prisonniers de la crise postélectorale pour marquer la reprise du dialogue, alors bloqué depuis deux mois, avec le FPI; seulement 50 avaient été relâchés.

"Les 100 détenus restants ont leurs dossiers en cours", avait déclaré Jeannot Kouadio Ahoussou, ministre auprès du président de la République chargé du dialogue politique.

"Sur une liste de 719 détenus de la crise présentée par le FPI, dont 228 militaires et individus ne figurant pas dans les fichiers de la justice, il restera après ces prochaines libérations 341 prisonniers", selon Kouadio Ahoussou.

Laurent Gbagbo, poursuivi pour crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale, est emprisonné depuis plus de deux ans à La Haye.

(Avec AFP)
 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici