Financement libyen présumé de la campagne de Sarkozy : l’intermédiaire Alexandre Djouhri interpellé à Londres

Par Jeune Afrique avec AFP

Nicolas Sarkozy après une réunion en Libye en 2011. © David Karp/AP/SIPA

L’homme d’affaires français Alexandre Djouhri a été interpellé dimanche à Londres. Intermédiaire financier à la réputation sulfureuse, il est au cœur de l’enquête sur un possible financement libyen de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007.

Alexandre Djouhri a été arrêté dimanche 7 janvier par les policiers britanniques à l’aéroport de Londres Heathrow. Il était visé par un mandat d’arrêt européen délivré par les juges d’instruction du pôle financier de Paris, a indiqué l’une des sources, confirmant une information du magazine français L’Obs.

Familier des réseaux de la droite française, Alexandre Djouhri fait figure de protagoniste clé dans l’enquête ouverte à Paris en 2013 sur des flux financiers impliquant des personnalités liées au régime de Kadhafi. Son arrestation intervient après la mise en examen, en décembre 2016, de l’intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine, qui avait déclaré avoir remis 5 millions d’euros d’argent libyen au camp Sarkozy, quelques mois avant sa victoire à la présidentielle de 2007.

Une villa « très surévaluée »

Dans cette enquête aux ramifications multiples, les magistrats tentent de vérifier les accusations lancées en 2011 par l’ancien dictateur Mouammar Kadhafi et son fils Seïf el-Islam, selon lesquelles le camp Sarkozy avait bénéficié de leurs fonds pour sa campagne de 2007.

Au cours de leurs investigations, les juges du parquet national financier se sont intéressés en septembre 2016 à la vente d’une villa située à Mougins (sud-est de la France), en 2009. Celle-ci a été acquise pour environ 10 millions d’euros par un fonds libyen géré par Béchir Saleh, l’ancien grand argentier du régime de Kadhafi.


>>> LIRE AUSSI – Béchir Saleh : « Nous donnions de l’argent de poche à nos visiteurs. C’est dans nos traditions »


Une somme « très surévaluée » aux yeux des magistrats, qui soupçonnent Alexandre Djouhri d’avoir été le véritable propriétaire des lieux et de s’être entretenu avec Béchir Saleh pour fixer un prix d’achat nettement supérieur à sa valeur sur le marché. Les deux hommes n’ont pas répondu à une convocation des enquêteurs de l’Office anti-corruption de la police judiciaire (Oclciff), le 7 septembre 2016.

L’exfiltration de Béchir Saleh

Les magistrats pensent aussi qu’Alexandre Djouhri a aidé Béchir Saleh à quitter la France au printemps 2012, alors qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt dans son pays. Une exfiltration qui lui a permis de rejoindre ensuite l’Afrique du Sud.

Dans une série de conversations interceptées par les enquêteurs, Alexandre Djouhri avait promis notamment de faire parvenir aux juges d’instruction une lettre, dans laquelle Béchir Saleh démentirait un financement de la campagne de Nicolas Sarkozy. Le 21 mars 2014, le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, Michel Gaudin, s’enquerrait, « à la demande du président » de la démarche, dont on ignore si elle a abouti.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici