Diplomatie

Les zones d’ombre de l’Institut Mandela de Paris

Par

Originaire du Burundi, David Gakunzi est un ancien fonctionnaire international, connu pour son parcours d’intellectuel engagé. Il est à l’origine de nombreuses initiatives dont le Centre international Martin Luther King, la caravane pour la paix en Afrique, l’université africaine de la paix.

Nelson Mandela, en 2007. © Theana Calitz/AP/SIPA

Intellectuel et militant burundais, David Gakunzi décrypte pour Jeune Afrique les zones d’ombre autour de l’« Institut Mandela de Paris », un organisme non identifié qui vient de décerner le « prix du Courage » au président burundais Pierre Nkurunziza.

Il est des gens qui ne respectent rien. Même pas le nom et la mémoire de Nelson Mandela. Comme les représentants de l’Institut Mandela, qui se baladent d’une ambassade africaine à une autre, d’un colloque à l’autre, heureux de poser en photo aux côtés des personnalités croisées sur leur chemin.

L’Institut en question, association française déclarée le 26 novembre 2014, serait, selon la notice figurant sur sa vitrine web,  « un think tank (…) de promotion d’égalité des chances, favorable à l’économie de marché, à la solidarité internationale et à l’unité africaine ». Lequel aurait pour mission « de garder vivants l’esprit et l’inspiration du président Mandela et de promouvoir ses valeurs de société ouverte et de paix partout sur le continent, par une diplomatie intellectuelle ».

Casting surprenant

En décembre 2013, Giscard sera le seul ancien chef d’État français à ne pas être convié aux obsèques de Mandela

Au regard du profil des membres composant le conseil exécutif de cette association, le casting apparaît pourtant surprenant. Qui trouve-t-on au sein de l’instance pilotant l’Institut ? Un expert ès défense proposant « des drones militaires aux gouvernements africains » ; un accompagnateur d’hommes d’affaires russes et autrichiens désirant investir en Afrique ; et, last but not least, Olivier Stirn, autoproclamé « ami de Mandela ».

Pour les moins de vingt ans, Olivier Stirn fut secrétaire d’État aux Affaires étrangères de 1978 à 1981, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, à une époque où la France a fourni à l’Afrique du Sud, en plein régime d’apartheid, la centrale nucléaire de Koeberg (pour laquelle l’accord avait été signé en 1976, lorsque Stirn était secrétaire d’État aux DOM-TOM).

Une époque également où, à en croire les révélations du journal sud-africain Daily Maverick, l’ambassade sud-africaine à Paris était l’un des “hubs” d’un système de contournement de l’embargo sur les armes imposé à Pretoria par les Nations unies – au vu et au su de la DGSE, les services français étant même soupçonnés de complicité active. En décembre 2013, Giscard sera le seul ancien chef d’État français à ne pas être convié aux obsèques de Mandela.


>>> A LIRE – Nelson Mandela, l’Africain du XXe siècle


Usurpation sans-gêne

Que reprocher à cet institut ? La confusion, d’abord. L’usage et l’exploitation du nom de Mandela qui lui est accolé, sans accord, sans autorisation préalable écrite de la Fondation Mandela. Usurpation sans-gêne et utilisation du renom de Mandela à des fins contestables, très éloignées de la pensée et de l’éthique du leader emblématique de l’ANC.

Plusieurs chefs d’États africains – les présidents de la Tanzanie, du Kenya ou encore du Tchad, pour n’évoquer que ceux présents au palmarès 2017 -, sont déjà tombés dans le panneau, accueillant même parfois le “Prix” avec communiqués de presse officiels… C’est que la confusion, savamment entretenue, fonctionne à merveille, les personnalités contactées étant fondées à penser que la Fondation Mandela d’Afrique du Sud ou les ayants droits sont dûment avisés. Ce qui n’est pas du tout le cas.

Quelle est la finalité de cette appropriation indue du patronyme de Mandela et de son usage détourné ?

Fait troublant : en mars 2016, Paul Kananura, président de l’Institut Mandela, signe avec un certain Mohamed Harakat, responsable du master « Stratégie et gouvernance en Afrique » de l’Université Mohammed V de Rabat – et par ailleurs membre du comité exécutif de l’Institut Mandela -, un protocole de partenariat et de coopération. Le hasard combinant bien les choses, le même Harakat se retrouve co-lauréat du Prix Mandela 2017.

Pierre Nkurunziza primé

Berthier Mugiraneza/AP/SIPA

Comment peut-on insulter la mémoire de Mandela en décernant le Prix baptisé de son patronyme au fossoyeur de l’accord de paix d’Arusha ?

Plus grave : l’attribution du « Prix Mandela du courage 2017 » à un personnage aux antipodes des valeurs incarnées par Mandela : le président-pasteur du Burundi, Pierre Nkurunziza. Franchissement de toutes les bornes de l’indécence.

Comment peut-on insulter la mémoire de Mandela en décernant le Prix baptisé de son patronyme au fossoyeur de l’accord de paix d’Arusha, dernier accomplissement politique majeur sur la scène internationale de l’ancien président sud-africain ? Comment peut-on associer le nom de Mandela, géant au service – toute sa vie – du droit, de la justice, de la paix à celui de Pierre Nkurunziza ?

Quelle est au fond l’essence de cet Institut ? Un système conçu et organisé à des fins d’autopromotion politique et économique personnelle ou une structure imaginée par des milieux occultes usant et abusant du nom de Mandela pour couvrir d’inavouables agissements ?

Dans les deux cas de figure, au nom du respect dû à Nelson Rolihlahla Mandela, il faut mettre un terme à cette confusion délibérée portant atteinte à la mémoire d’un homme d’une grande noblesse dont le nom ne mérite pas d’être ainsi détourné.

Voilà les faits. Nul ne pourra plus oser dire désormais qu’il fut dupé et abusé de bonne foi par les faussaires de l’Institut Mandela.

 




Mise au point de l’Institut Mandela

Suite à la publication, le 8 janvier, d’une tribune de David Gakunzi intitulée « Les zones d’ombre de l’Institut Mandela de Paris », le président de l’Institut Mandela, Paul Kananura, nous a adressé la mise au point suivante.

Votre article a clairement remis en question l’intégrité de l’Institut Mandela et celle de ses membres, suite à l’attribution au président burundais SEM Pierre Nkurunziza du Prix du Courage 2017. L’Institut Mandela conteste vivement les allégations contenues dans votre article et tient à rappeler plusieurs éléments.

Tout d’abord, l’Institut Mandela est une marque déposée, enregistrée sous le n° 174 384 853 et publiée au Bulletin officiel de la propriété industrielle (n° 17/51). L’Institut n’est donc pas « un organisme non identifié », car il a signé des programmes de partenariat avec des institutions importantes comme le Département d’État américain ou la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie (Confejes)…

Comme pour nos autres partenaires, nous avons manifesté par écrit notre volonté de travailler en collaboration avec le Nelson Mandela Foundation Trust et l’Afrique du Sud. Les différentes institutions publiques d’Afrique du Sud ont été destinataires des invitations de l’Institut Mandela depuis 2014. Un conseiller bilatéral à l’ambassade d’Afrique du Sud à Paris a participé à notre conférence du 16 mars 2015 à la Mairie de Paris, où il a même pris la parole devant plus de 150 participants pour donner la vision de son pays sur la sécurité en Afrique. Il n’a formulé aucune remarque sur l’Institut. De son vivant, le président Mandela a déclaré, lors de la remise du trophée de la Coupe du monde de rugby, en 1995, « appartenir à l’humanité », ce qui met sa personnalité dans le patrimoine commun de l’humanité.

Ensuite, il est opportun de rappeler que l’ancien ministre Olivier Stirn fut le seul ministre en exercice ayant eu l’occasion de rendre visite à Nelson Mandela en prison. L’auteur de votre article n’a pas jugé bon de donner cette information aux lecteurs, alors qu’il les abreuve de celles relatives à des ventes de centrales nucléaires et d’armes au régime d’apartheid par la France à une période où l’Institut Mandela n’existait pas.

Par ailleurs, il est important de faire savoir que les procédures de candidature et de sélection des prétendants aux Prix Mandela sont publiques et décrites sur notre site officiel (www.institutmandela.com). Toute personne peut être candidate ou proposer une candidature. Le comité de sélection et le jury sont composés de dix personnalités diverses, indépendantes, dignes, non influençables et qui connaissent bien les problèmes africains et leurs origines pour prendre des décisions en conséquence de cause. Elles ont ainsi sélectionné et primé dix-sept lauréats en 2017.

Concernant le Prix Mandela du Courage 2017, la candidature du président Nkurunziza a été proposée par 318 personnes dont des Burundais, des Belges et des ressortissants d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique de l’Est. Elle est argumentée et documentée quant aux origines de la crise politique que traverse le Burundi depuis 2015. Le président Nkurunziza est un héros de guerre pour une partie de son peuple ayant retrouvé sa dignité et est décrié par une opposition radicale pour des raisons diverses. L’esprit des Prix Mandela n’est pas de récompenser l’absence de problèmes, mais plutôt la volonté de les résoudre ou d’y faire face. Le Prix Mandela du Courage décerné au président Nkurunziza s’inscrit dans cette philosophie d’encourager des actions positives dans un contexte difficile. L’Institut Mandela a subi des pressions téléphoniques et écrites pour revenir, au mépris des procédures, sur sa décision de primer le président Nkurunziza. Nous rappelons que toutes les décisions du comité de sélection et du jury sont souveraines.

Votre article nuit à la réputation d’un institut dont les actions sont connues et appréciées de tous sur la scène parisienne et internationale. Ses membres organisent des conférences de haut niveau auxquelles participent des personnalités reconnues pour leurs compétences et la qualité de leurs interventions. Ses conférences (une dizaine chaque année) rencontrent en effet un franc succès, vérifiable à travers les photos et vidéos publiées sur notre site, mais également à travers la presse.

Dr Paul Kananura
Président de l’Institut Mandela

Fermer

Je me connecte