55 millions de dollars pour un fonds d’accès à l’énergie hors réseau

Par Jeune Afrique

Le fonds FEI OGEF pourra octroyer des prêts aux entreprises proposant des solutions énergétiques propres hors réseau, comme ce prototype de lampe Little Sun, développé par l'artiste danois Olafur Eliasson et l'ingénieur Frederik Ottesen. © Maddalena Valeri/AP/SIPA

Les quatre premiers contributeurs du nouveau fonds dédié à l'énergie hors réseau, géré par le cabinet Lion’s Head Global Partners, se sont faits connaître ce 4 janvier. Il s'agit de la Banque africaine de développement, de Calvert Impact Capital, du Fonds pour l'environnement mondial et du Fonds nordique de développement.

30 millions de dollars (25 millions d’euros) de la Banque africaine de développement (BAD), 10 millions du fonds Calvert Impact Capital, 8,5 millions du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et 6 millions du Fonds nordique de développement, qui propose en outre une bourse de 500 000 dollars pour l’assistance technique et administrative.

Ce sont les quatre premières contributions à la Facility for Energy Inclusion Off-Grid Energy Access Fund (FEI OGEF), un fonds de financement mixte de 100 millions de dollars qui devrait clore son premier tour de table au cours du premier trimestre 2018.

Un focus initial sur l’Afrique de l’Est, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Nigeria

Ce fonds sera chargé d’octroyer des prêts, à la fois en devises fortes et en monnaies locales, pour des entreprises de production d’énergie hors réseau.

L’objectif de ce fonds, explique un communiqué de la BAD publié ce 4 janvier, est à la fois d’accélérer l’accès à une énergie propre  – alors qu’environ 600 millions de personnes en Afrique subsaharienne n’ont toujours pas accès à l’électricité – et d’attirer des investisseurs locaux, comme co-prêteurs.

La FEI OGEF sera gérée par le cabinet Lion’s Head Global Partners depuis ses bureaux à Nairobi (Kenya), au Lagos (Nigeria) et à Londres (Royaume-Uni), avec un focus initial sur l’Afrique de l’Est, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Nigeria.

Les quatre contributeurs de la première heure comptent sur leur poids pour encourager de nouveaux investisseurs, notamment issus du secteur privé, à les rejoindre.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici