RDC : Internet rétabli au lendemain de la répression des marches anti-Kabila

Des policiers dans les rues de Kinshasa, lors des manifestations du 31 décembre 2017. © John Bompengo/AP/SIPA

La fourniture Internet et SMS a été rétablie dans la nuit de lundi à mardi en République démocratique du Congo. Son interruption avait été décidée samedi 30 décembre, à la veille des manifestations de dimanche contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.

Dans une lettre datée du 30 décembre, le ministre congolais des Postes, Téléphones et Télécommunications avait ordonné aux opérateurs de suspendre Internet et les services SMS « à partir de ce samedi 30 décembre 2017 à 18 heures, jusqu’à nouvel ordre ». Pour toute justification, Emery Okundji – qui est également le frère de Joseph Olenghankoy, le président du CNSA – avait alors invoqué des « raisons de sécurité d’Etat ».

En l’occurrence, le ministre faisait référence aux manifestations de dimanche dans le pays, à l’appel du Comité laïc de coordination pour le respect des accords de la Saint-Sylvestre. Interdites par les autorités, ces marches ont été violemment réprimées par les forces de sécurité congolaises. Au moins cinq personnes ont été tuées, selon un bilan délivré par la Monusco, qui avait évoqué précédemment un premier bilan faisant état de huit personnes tuées en marge de ces manifestations. Plus de 120 personnes ont par ailleurs été arrêtées. 

La dernière coupure d’Internet similaire remonte aux manifestations de janvier 2015 suite à une révision controversée de la loi électorale. Dans un tweet daté de cette époque, l’actuel ministre des Télécommunications avait déclaré : « L’opposition dénonce la coupure générale et absolue de tous les moyens de communication par Internet, SMS, et les réseaux sociaux ». Une opposition à laquelle celui-ci appartenait en tant que cadre du Rassemblement, avant d’être nommé en mai 2017 au sein du gouvernement de Joseph Kabila.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici