Africell complète le rachat d’Orange Ouganda

Ziad Dalloul est le PDG d'Africell. © Africell

L'opérateur télécoms Orange a finalisé la cession de sa participation dans Orange Ouganda au groupe Africell. Ce dernier compte désormais 11 millions d'abonnés à travers quatre pays africains.

Annoncée en mai dernier, la cession par l’opérateur télécoms français Orange de sa filiale ougandaise à Africell Holding vient d’être finalisée. Cette acquisition, dont les détails sont restés confidentiels, aurait coûté 12 millions de dollars selon les chiffres communiqués par Azid Dalloul, PDG d’Africell, au Wall Street Journal.

Lire aussi :

Marc Rennard, Orange : « Une nouvelle révolution est en marche en Afrique »

Orange : rentabilité en baisse, y compris en Afrique

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Un montant qui paraît étonnamment faible vu le nombre d’abonnés d’Orange Ouganda (790 000 à la fin septembre 2014, selon les chiffres d’Orange) et de la qualité de ses notamment ses réseaux 2G, 3G et même 4G (à Kampala, la capitale).

Potentiel

Africell réalise en tout cas une très bonne opération en dépit des difficultés que connaît sa nouvelle filiale : numéro 3 en Ouganda avec moins de 4 % du marché, elle se situe loin derrière MTN (10 millions d’abonnés) et Airtel (plus de 7,4 millions d’abonnés).

Pourtant, avec un taux de pénétration mobile d’à peine 50 % et une population de 37 millions d’habitants, l’Ouganda demeure un marché prometteur. Africell compte d’ailleurs investir 150 millions de dollars pour ses opérations dans le pays et vise 20 % de parts de marché à l’horizon 2020, avec 6 millions de clients.

Intentions

Avec cette opération, la filiale du libanais Lintel Holding compte désormais 11 millions d’abonnés sur le continent et y réalise un chiffre d’affaires de 270 millions de dollars. Africell est déjà implantée en Gambie, en RD Congo et en Sierra Leone – où l’opérateur est en concurrence avec Comium mobile, dirigé par Nizar et Ali Dalloul, frères aînés d’Azid.

Dans son communiqué, Africell indique anticiper des revenus bruts de 350 et 500 millions de dollars en 2015 et 2016 respectivement. Le groupe espère s’implanter dans deux nouveaux pays africains d’ici à 2018.