Fermer

Centrafrique : Michel Djotodia ne renonce pas, Noureddine Adam court toujours

Par Jeune Afrique

Le cofondateur de la Séléka et ancien président autoproclamé. © Vincent Fournier pour J.A.

"Nous serons de retour au pouvoir à Bangui avant la fin de l'année", a confié récemment à un visiteur Michel Djotodia depuis son exil de Cotonou.

Depuis son exil de Cotonou, au Bénin, Michel Djotodia, le cofondateur de la Séléka (et ex-président autoproclamé de Centrafrique), n’a toujours pas digéré son éviction. "Nous serons de retour au pouvoir à Bangui avant la fin de l’année", a-t-il confié récemment à un visiteur, lequel l’a surpris en pleines tractations avec des hommes d’affaires. Selon Djotodia, aucune force présente sur le terrain, y compris les Français et le contingent de la Misca, ne sera en mesure de s’opposer longtemps à une nouvelle offensive de la Séléka, dont il évalue les effectifs à dix-sept mille hommes.

>> Lire aussi : Prolifération des armes en Centrafrique, le prix de la mort

Visé par des sanctions de l’ONU et des États-Unis, Noureddine Adam, l’ex-homme fort de la Séléka, se trouve dans la région de Birao, dans l’extrême-nord du pays, selon l’un de ses lieutenants. "Il est auprès de ses troupes et se déplace entre Birao, Ndélé et Tiringoulu", affirme notre source, qui précise qu’Adam, après s’être réfugié à Cotonou, a séjourné deux semaines durant, à la mi-février, à Abuja, au Nigeria, où il a de la famille. Selon d’autres sources, sécuritaires celles-là, sa présence a ensuite été signalée au Darfour.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro