Télécom : Bharti Airtel rachète la filiale rwandaise de Millicom

Si la revente de la filiale de Milicom est acceptée par les autorités rwandaises, Airtel pourrait devenir le premier opérateur mobile du pays. © Bikas Das/AP/SIPA

Le groupe luxembourgeois Millicom se désengage du Rwanda en cédant sa filiale à la société indienne Bharti Airtel, en cohérence avec sa stratégie de retrait du continent africain.

Millicom a annoncé le 19 décembre avoir conclu un accord avec Bharti Airtel pour la vente de sa filiale rwandaise, opérée sous le nom de Tigo Rwanda. Cette transaction doit encore être validée par les autorités rwandaises.

« La vente de nos activités au Rwanda est cohérente avec notre stratégie de se concentrer sur la fourniture de services avancés de données mobiles et fixes en Amérique du sud », précise Mauricio Ramos, le directeur général de Millicom, dans un communiqué.

En effet, si l’Afrique compte pour 44 % des abonnés de Millicom, elle ne contribue qu’à hauteur de 14,3 % au chiffre d’affaires du groupe, contre 86 % pour l’Amérique du Sud, où les segments « donnés mobiles » et « fibre optique » assurent une meilleure rentabilité à l’opérateur. Le rapport annuel 2016 indique que Millicom rencontre des difficultés liées à la concurrence, au cadre réglementaire et à la situation économique en Afrique.

Millicom a déjà désinvesti dans plusieurs pays africains

Millicom a déjà désinvesti dans différents pays africains, dont la RD Congo en avril 2016 (en faveur d’Orange) et le Ghana en octobre 2017 (revente à Airtel). Au Sénégal, le désengagement de l’opérateur se révèle assez conflictuel, le groupe luxembourgeois étant revenu sur sa décision de vendre sa filiale à Wari pour la céder à un consortium comprenant Yerim Sow, Xavier Niel et la famille Hiridjee. Millicom et Wari ont depuis tous les deux porté l’affaire devant la Cour internationale de la Chambre de commerce internationale de Paris.

Ce rachat renforce la position d’Airtel au Rwanda, qui était numéro trois en octobre 2017, avec une part de marché de 19 %, contre 41 % pour MTN et 40 % pour Tigo (filiale de Millicom), dans un contexte d’augmentation du nombre d’abonnés de 1 % par mois. Contrôlant dix-sept filiales en Afrique et en Asie, avec plus de 366 millions d’abonnés, le groupe indien est, lui, dans une logique d’expansion sur le continent, avec des acquisitions au Ghana, au Congo Brazzaville, en Ouganda et au Kenya.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici