Le Nigeria et la Chine signent un mégacontrat de ligne ferroviaire

Par Jeune Afrique

China Railwork Construction a construit le chemin de fer reliant l'Angola au Katanga. DR ©

Le gouvernement nigérian et le géant du rail China Railway Construction Corporation ont signé le 19 novembre un accord pour la construction d'une ligne de chemin de fer de 1 400 kilomètres. Un contrat estimé à 12 milliards de dollars.

Une société d’Etat chinoise a signé avec le Nigeria un contrat record de 12 milliards de dollars pour construire une ligne ferroviaire longeant la côte du pays africain, a rapporté jeudi la presse à Pékin. Ce contrat a été signé mercredi à Abuja entre le gouvernement nigérian et le géant du rail China Railway Construction Corporation (CRCC), a précisé l’agence de presse Chine nouvelle.

La ligne de chemin de fer de 1 402 kilomètres reliera, en suivant la côte et en traversant notamment le delta du Niger, la capitale économique nigériane, Lagos, à la ville de Calabar (est). D’un montant de 11,97 milliards de dollars, il s’agit du plus gros contrat individuel signé par une entreprise chinoise pour un projet unique, selon Chine nouvelle.

Lire aussi : 

Afrique de l’Est : Pékin signe pour un axe ferroviaire de près de 4 milliards de dollars

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Dossier BTP : le leadership chinois pointé du doigt

China Railway Construction a achevé la rénovation du chemin de fer Angola-Katanga

Cette annonce intervient deux semaines après que le Mexique a décidé abruptement d’annuler l’attribution, annoncée quelques jours auparavant, de la construction de sa première ligne de TGV à un consortium mené par CRCC.

Savoir-faire

Le patron de CRCC, Meng Fengchao, a assuré que le projet au Nigeria ferait appel à tout le savoir-faire récent de la Chine en matière de train et de matériel ferroviaire.

La Chine est fière en particulier de sa technologie pour la grande vitesse, qu’elle tente d’exporter dans le monde où elle affronte des multinationales comme le français Alstom, l’allemand Siemens et le canadien Bombardier.

Lors d’une visite à Abuja en mai cette année, le Premier ministre chinois Li Keqiang avait dit espérer un accroissement des échanges commerciaux entre la Chine et la première puissance économique africaine, premier producteur de brut du continent.

Des entreprises chinoises sont déjà impliquées dans la construction d’infrastructures routières au Nigeria, et dans un projet de métro aérien à Lagos.

(Avec AFP)

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici