Au Maroc, Ilyas El Omari surfe sur la vague climatique pour réchauffer les relations au PAM

Ilyas El Omari, secrétaire général du PAM et président de la région Tanger-Tétouan-El Hoceima. © Hassan Ouazzani / JA

Afin de faire oublier la tension qui règne au sein du Parti authenticité et modernité (PAM) qu’il dirige, le président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima relance la Maison méditerranéenne du climat, une structure lancée il y a environ 18 mois.

Ilyass El Omari a maintenant la fibre écolo. Et il le fait savoir. Alors que le monde avait les yeux rivés sur le « One Planet Summit » qui a réunit, mardi 12 décembre, une cinquantaine de chefs d’États à paris, voilà qu’Ilyas El Omari trouve le moyen de s’inviter à ce débat planétaire. Le très influent président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima et accessoirement secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM, opposition), a choisi ce timing pour lancer les premières rencontres de la Maison méditerranéenne du climat, structure lancée en juillet 2016 lors de la tenue de la MedCOP à Tanger.

Faire oublier le climat tendu au PAM

Prévues entre les jeudi 14 et vendredi 16 décembre, dans la ville du détroit, ces rencontres se veulent comme « un espace de consultation, de délibération et de consensus sur les moyens de relever les défis climatiques entre tous les acteurs non étatiques, les investisseurs, les consommateurs et les contributeurs du monde éducatif ainsi que les acteurs gouvernementaux », selon les organisateurs.

Elles devraient réunir des présidents de régions et gouverneurs du pourtour méditerranéen, des représentants d’institutions financières, des experts internationaux ainsi que des bailleurs de fonds.

L’événement international présidé par Ilyas El Omari constitue donc une bonne occasion pour lui afin de redorer son image. Et surtout de faire oublier le climat tendu qui règne au sein du parti qu’il dirige depuis l’annonce de sa vraie-fausse démission en août dernier.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici