Tunisie : Emmanuel Macron à Tunis en février pour parler sécurité et économie

Par Jeune Afrique avec AFP

Emmanuel Macron et Béji Caid Essebsi à Paris le 11 décembre 2017. © Yoan Valat/AP/SIPA

Après l'Algérie, la semaine dernière, cap sur la Tunisie. Au menu de cette visite du président français annoncée pour les 1er et 2 février prochain à Tunis : économie et lutte contre le terrorisme.

« La relation avec la Tunisie est prioritaire » car les liens entre les deux pays « sont exceptionnels », a déclaré le président français ce lundi après avoir reçu à déjeuner son homologue tunisien Béji Caïd Essebsi, venu à Paris pour le sommet sur le climat qui démarre ce mardi 12 décembre. le président français a également affiché son admiration pour le modèle de transition qui a été mis en place en Tunisie après la chute de Zine El Abidine Ben Ali, saluant au passager « le courage et la ténacité du peuple tunisien ».

Emmanuel Macron a profité de l’occasion pour annoncer qu’il effectuerait une visite d’État les 1er et 2 février en Tunisie, pays avec lequel la France veut « intensifier » sa coopération, notamment dans le domaine économique et la lutte antiterroriste. Cette visite présidentielle verra la signature d’un accord-cadre sur la sécurité, la Tunisie étant en première ligne en raison de ses 450 km de frontières avec la Libye. 

Inscription sur la liste des paradis fiscaux : « une décision injuste »

Sur le plan économique, « la France est le premier partenaire de la Tunisie et entend le rester », a déclaré le président français. Il a souhaité que la Tunisie « puisse quitter » la liste noire des paradis fiscaux publiée le 5 décembre par Bruxelles, qui a suscité une polémique en Tunisie. 

« C’est une décision injuste », a réagi M. Essebsi, car « la Tunisie ne mérite pas de figurer sur cette liste ». Le pays se retrouve sur cette liste aux côtés de 16 autres, comme Panama, Bahreïn ou encore les Émirats arabes unis, « parce qu’elle a pris des engagements trop tardifs et incomplets », avait expliqué jeudi le commissaire européen Pierre Moscovici.

Le Premier ministre français, Édouard Philippe, avait mené sa visite officielle en Tunisie, le 5 octobre, à la tête d’une importante délégation d’hommes d’affaires et de députés. Une visite qui s’est soldée par la signature de onze accords de coopération d’une valeur totale de 92,3 millions d’euros. Il a beaucoup échangé avec le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, et s’est entretenu avec le Président Béji Caïd Essebsi.

Les 15 et 16 novembre, le Premier ministre français était au Maroc pour préparer une prochaine visite présidentielle prévue aussi début 2018.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici