Distribution : Steinhoff dans la tourmente

Par Jeune Afrique

Après un premier échec en début d'année, Steinhoff était fianelment parvenu à prendre le contrôle de Shoprite le 1er décembre. © Gwenn DUBOURTHOUMIEU pour Jeune Afrique

Soupçons de malversations financières, démission du directeur général, effondrement du cours de l'action... C'est la débâcle pour le groupe de distribution du milliardaire sud-africain Christo Wiese, qui avait pourtant commencé le mois de décembre sous de bons auspices, avec la prise de contrôle de la chaîne de supermarchés ShopRite.

Rien ne va plus pour le groupe Steinhoff. Une semaine à peine après que le géant sud-africain de la distribution a annoncé avoir concrétisé son rapprochement avec le leader africain ShopRite, consolidant ainsi sa position sur le continent, le voilà qui enchaîne les mauvaises nouvelles.

Le 6 décembre, son conseil de surveillance a annoncé à la fois la démission avec effet immédiat du directeur général du groupe, Markus Jooste, qui était en fonction depuis 2000, et l’approfondissement d’une enquête interne « en lien avec des irrégularité comptables ». Selon des médias allemands, une enquête judiciaire serait également en cours depuis 2015 pour les mêmes motifs.

De Francfort à Johannesburg, le cours des actions de Steinhoff dévisse

Dans la journée du 6 décembre, l’action de Steinhoff a chuté de 61 % à la Bourse de Johannesburg, signant la plus grande perte de valeur enregistrée pour une entreprise par la place financière, selon l’hebdomadaire sud-africain Mail & Guardian. À la Bourse de Francfort, où l’entreprise est également enregistrée via sa filiale Steinhoff Africa Retail (Star) – qui a servi à prendre le contrôle de ShopRite la semaine dernière -, l’action a suivi la même trajectoire (- 63 % le 6 décembre), et ne s’est pas redressée le lendemain. Au contraire, le 7 décembre, le cours de l’action a reculé encore de 30 % dans la matinée.

Le quotidien économique français Les Échos indique que le groupe de distribution et d’ameublement s’est dit prêt à céder pour 1 milliard d’euros d’actifs non stratégiques pour enrayer sa chute.

Christo Wiese reprend les rênes

L’annonce que le président du groupe, Christo Wiese, 76 ans – également président de ShopRite – assurerait par intérim la direction de l’entreprise n’a pas suffi à rassurer les marchés. Pour rappel, le milliardaire sud-africain talonne Sir Richard Branson, le vibrionnant fondateur du groupe Virgin, dans la dernière édition de la liste des fortunes du Royaume-Uni, publiée en mai 2017 par The Sunday Times.

Patiemment, le natif d’Upington, dans la province du Cap-du-Nord, s’est construit un empire dans l’immobilier et la distribution, amassant quelque 4,6 milliards de livres. Après avoir officié comme avocat pendant quelques années, il a ensuite intégré l’enseigne de vêtements bon marché Pepkor, que ses parents avaient contribué à fonder.

Christo Wiese a dernièrement œuvré à rapprocher la division africaine de Steinhoff (propriétaire de près de 20 enseignes dont Ackermans, Pep, Bradlows…) avec ShopRite, la première chaîne de supermarchés du continent, deux groupes dont il est l’actionnaire de référence. Après avoir abandonné l’idée d’une fusion début 2017, l’opération a pris une autre forme, avec l’acquisition le 1er décembre par la filiale africaine de Steinhoff de 23,1 % du capital et de 50,6 % des droits de vote de ShopRite.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici