Zimbabwe : Mnangagwa recycle plusieurs cadres du régime Mugabe dans son premier gouvernement

Premier discours d'Emmerson Mnangagwa en tant que président du Zimbabwe. © Ben Curtis/AP/SIPA

Le nouveau président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, a fait la part belle à la vieille garde de la ZANU-PF dans le gouvernement qu'il vient de nommer. Seule nouveauté : la présence de militaire à des postes clés.

Ceux qui espéraient un renouvellement en seront pour leurs frais. Le nouveau président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a reconduit plusieurs figures de l’ère de Robert Mugabe dans son premier gouvernement, rendu public le 30 novembre.

Le portefeuille clé des Finances, très observé par les chancelleries occidentales, est confié à Patrick Chinamasa, qui avait déjà occupé ce poste de 2013 à 2017. Obert Mpofu, qui fut un ministre des Mines controversé, de 2009 à 2013, est nommé ministre de l’Intérieur. Le président de l’Association des vétérans de guerre, Chris Mutsvangwa, hérite pour sa part du ministère de l’Information et des Médias tandis que son épouse, Monica, devient ministre d’État pour la province du Manicaland.

Un général aux Affaires étrangères

Principale nouveauté, qui promet d’être diversement appréciée : l’arrivée des militaires, visiblement récompensés pour leur coup de force, par des nominations à des postes de premier plan. Un général, Sibusiso Moyo, occupera le ministère des Affaires étrangères. Jusque-là porte-parole des Forces de défense zimbabwéennes (ZDF), c’est lui qui avait lu à la télévision le communiqué de l’armée, le 15 novembre. Le général de l’armée de l’air Perrance Shiri est pour sa part nommé ministre des Terres, de l’Agriculture et de l’Habitat rural, poste très sensible au Zimbabwe.

Composée de vingt-deux ministres et six vice-ministres (contre trente portefeuilles précédemment), cette nouvelle équipe n’intègre aucune figure de l’opposition ni de la société civile. Et seules trois femmes y ont été nommées, alors que le nombre de ministres masculins s’élève à dix-neuf.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici