Sénégal : des passeports diplomatiques pour les Lions de la Teranga ?

L'équipe du Sénégal lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012 © Matthias Schrader/AP/SIPA

Après leur qualification pour la Coupe du Monde 2018, les joueurs sénégalais ont demandé à Macky Sall de leur délivrer, entre autres, des passeports diplomatiques. La requête, étudiée de près, a de bonnes chances d’aboutir.

Le 13 novembre dernier, au palais présidentiel, Moussa Sow, un des cadres des Lions de la Teranga, avait profité de la réception donnée par Macky Sall pour formuler une demande plutôt inattendue de la part d’un footballeur. L’attaquant d’Al-Ahli Dubaï (Émirats arabes unis), au nom de ses coéquipiers, souhaitait en effet que le pouvoir exécutif fournisse un bus tout neuf à la sélection, des parcelles de terre aux joueurs, ainsi que des passeports diplomatiques.

Des demandes mal perçues par l’opinion publique

Surpris, le président de la République avait répondu que cette demande serait étudiée hors caméras, tout en offrant une prime exceptionnelle de 30 000 euros à chaque joueur et membre de l’encadrement. Une somme venant s’ajouter à celle – identique – déjà négociée entre les internationaux et leur fédération.

Au Sénégal, les demandes formulée par Moussa Sow a été commentée plus ou moins sèchement par la population. Surtout celles concernant les parcelles de terre et les passeports diplomatiques. Les internationaux évitent désormais soigneusement de s’épancher sur ce sujet, surpris par l’ampleur prise par la polémique.

Il y a de fortes probabilités pour que certain vœux soient exaucés

En off, pourtant, des membres de la Tanière acceptent de livrer quelques confidences, notamment à propos des passeports diplomatiques. « Ce n’est pas la première fois que cette hypothèse est envisagée, explique l’un d’eux. Il y a une raison à cela : il est déjà arrivé que faute de visas, certains joueurs ne puissent pas venir lors des stages ou des matches amicaux organisés à l’étranger. Cela concerne bien sûr ceux qui ne sont détenteurs que d’un passeport sénégalais, joueurs ou membres de l’encadrement. Pour les binationaux (Sow, Niang, Diop, Gassama, Koulibaly, Nguette, Sankharé, S. Sané, A. N’Diaye, Keita Baldé, Sabaly…) né en France ou en Espagne, voyager ne pose pas de problème. »

Une autre source assure que la demande est étudiée de très près par les services de la présidence. « On ne nous a pas fait la promesse que ce serait fait, mais ce n’est pas loin d’être le cas. Il y a une sorte d’euphorie après cette qualification et il y a de fortes probabilités pour que certain vœux soient exaucés. Dont les passeports et le bus. »

En ce qui concerne les parcelles de terre, en revanche, la question est loin d’être tranchée. Car c’est sans doute celle qui a déclenché le plus de commentaires virulents dans un pays pauvre,  où cette demande émanant de joueurs relativement aisés financièrement a du mal à passer…

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici