Bombardier veut faire du Maroc sa tête de pont pour conquérir les marchés africains

Bombardier a décroché un contrat de rénovation pour 14 trains marocains. © philstephenrichards on Visualhunt.com / CC BY-SA

Le géant canadien compte tripler ses investissements dans le pays, avec la construction d’une nouvelle usine fin 2018. Objectif : conquérir le marché africain.

145 000 m² de superficie, 60 millions d’euros d’investissements, 2 000 emplois à la clé… Les contours de la future usine Bombardier Transport Maroc se précisent. La direction de la filiale marocaine du groupe canadien vient de les dévoiler lors du Rail Industry Summit, qui s’est tenu la semaine dernière à Casablanca. Le premier coup de pioche est prévu avant fin 2018 pour une entrée en production à partir de 2020.

La future usine, prévue dans la zone franche de Kénitra, à 40 km de Rabat, réservera également quelque 45 000 m² à ses fournisseurs, à l’image du « business model » développée par le groupe, en Inde comme au Brésil. À en croire l’équipe de la filiale marocaine, 15 fournisseurs ont déjà manifesté de l’intérêt à investir dans le royaume pour accompagner cette implantation de Bombardier qui a l’ambition de convaincre, à terme, une cinquantaine de ses sous-traitants de délocaliser leurs activités au Maroc.

Des commandes venues du nord comme du sud de la Méditerranée

Cet écosystème est censé accompagner le développement du secteur ferroviaire au Maroc. Le géant canadien, qui a décroché le projet de modernisation de la signalisation de 360 km de voies ferrées ainsi que la rénovation de 14 trains de l’ONCF, lorgne de grands contrats dans le pays : les nouvelles lignes de tramway de Casablanca dont l’adjudicataire sera connu dans les jours à venir, mais aussi la deuxième phase du projet de  TGV, la ligne Casablanca – Agadir prévue à long terme.

Pour faire tourner sa future usine, Bombardier compte aussi sur son carnet de commandes européen ainsi que sur de nouvelles opportunités à travers le continent africain. « L’écosystème créé au Maroc va permettre d’être une tête de pont pour aller chercher les marchés africains de TGV, trains régionaux et tramways qui seront made in Morocco », promet Taoufiq Boussaid, président de la filiale marocaine de Bombardier.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici