Maroc : le roi Mohammed VI en Côte d’Ivoire avant le sommet UA-UE

Par Jeune Afrique avec AFP

Le roi Mohammed VI accueilli par le président Alassane Ouattara dimanche 26 novembre 2017. © Service presse de la Présidence ivoirienne

Le roi du Maroc, Mohammed VI, est arrivé en Côte d'Ivoire dimanche 26 novembre pour une visite « de travail et d'amitié ». Il participera ensuite au sommet Europe-Afrique, les 29 et 30 novembre, où la présence de la RASD est également annoncée.

La présence de Mohammed VI au sommet Union européenne-Union africaine (UA) d’Abidjan avait été confirmée ce 25 novembre après de longues spéculations liées à la présence du Front Polisario, dont le royaume nie la légitimité.

Le royaume chérifien a réintégré en janvier dernier l’UA, qu’il avait quittée il y a 33 ans pour protester contre l’admission en son sein de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), proclamée par le Front Polisario au Sahara occidental, sur un territoire que Rabat considère comme sien.

Accueilli par le président ivoirien Alassane Ouattara à sa descente d’avion, Mohammed VI n’a fait aucune déclaration. Les deux chefs d’État, qui entretiennent d’excellentes relations, devaient s’entretenir ce 27 novembre au palais présidentiel.

Présent malgré tout

Le Maroc détient par ailleurs d’importants intérêts économiques en Côte d’Ivoire. Il est, entre autres, associé à la réhabilitation de la baie de Cocody, un projet de 425 millions d’euros considéré comme le symbole du rapprochement entre les deux pays.

Le 15 novembre, Jeune Afrique avait annoncé que le Maroc pourrait être représenté « au plus haut niveau », celui du roi Mohammed VI lui-même. Et cela même s’il est acquis que la RASD allait participer à ce sommet.

Le royaume ne veut pas entrer dans des batailles subalternes qui pourraient gêner ses amis en Afrique et préfère garder sa sérénité, surtout que la participation du Polisario n’entraînera aucun changement sur la position de l’UE, qui continue à ne pas reconnaître ce dernier.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici