Sahara occidental : la RASD participera au sommet UA-UE d’Abidjan

Moussa Faki et Federica Mogherini lors d'une rencontre le 15 mai 2017 à Bruxelles. © Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

La décision est maintenant officielle. La Commission africaine et l'Union européenne ont annoncé que la République arabe sahraouie et démocratique (RASD) participera au sommet UA-UE d'Abidjan, les 29 et 30 novembre. Le Maroc, qui réclame l'exclusion de la RASD de l'UA, ne boycottera pas le sommet. Il sera même représenté au plus haut niveau.

« L’Union africaine (UA) a résolu le problème. Tous les membres vont prendre part au sommet d’Abidjan », a déclaré le président de la Commission africaine, Moussa Faki, le mercredi 22 novembre depuis Bruxelles où il a animé une conférence de presse conjointe avec la Haute représentante de la politique extérieure et la sécurité de l’Union Européenne (UE), Federica Mogherini. « Je me suis rendu moi-même au Maroc et j’ai rencontré le roi [le 3 novembre]. Je crois que la position de l’UA a été acceptée par l’ensemble de ses membres « , a assuré Faki.

Même son de cloche du côté européen. » Nous avons exprimé le souhait que tous les membres soient présents. Mais pour nous, il était clair que la décision était africaine », a déclaré Federica Mogherini.

L’UE « a soutenu » le travail que M. Moussa Faki a effectué ces derniers mois pour résoudre « une question qui s’annonçait compliquée ». « Et bien évidemment, la composition des participants à ce sommet ne change pas notre position sur le Sahara occidental », a tenu à préciser la responsable européenne.

Le Maroc et le Polisario tous les deux présents

Après des tractations particulièrement serrées qui ont mobilisé les chancelleries africaines et européennes, la République arabe sahraouie et démocratique (RASD) aura donc son siège lors du sommet d’Abidjan, prévu les 29 et 30 novembre.

Même si cette décision est actée, le Maroc pourrait être représenté par « le plus haut sommet de l’État »– celui du roi Mohammed VI lui-même-, avait confié à Jeune Afrique une source marocaine. Rabat ne veut pas rentrer dans « des combats subalternes » et qui pourraient « gêner » ses amis africains. En même temps, la politique « de la chaise vide » ne lui servira à rien. D’autant plus que la position de l’UE sur la Sahara occidental n’a pas changé et qu’elle ne reconnaît toujours pas la RASD.

Enquête africaine sur l’esclavage en Libye

À Bruxelles, Moussa Faki et Federica Mogherini ont participé à une conférence de haut niveau sous le thème “vers un partenariat renouvelé avec l’Afrique” et où ont été abordées les scènes d’esclavage de migrants révélées par la scène américaine CNN. Sur ce sujet, Moussa Faki a annoncé que la Commission africaine chargée des droits de l’Homme et des peuples (CACDHP) va procéder à une enquête sur la maltraitance et le trafic visant les migrants dans ce pays.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici