Zimbabwe : octobre 1980, la première interview de Robert Mugabe à Jeune Afrique

Robert Mugabe lors d'une conférence de presse à Londres, le 19 Décembre 1979 © AP/SIPA

Le Président Robert Mugabe a finalement cédé à la pression de l’armée, de la rue et de son parti. Il a remis ce mardi sa démission après 37 ans au pouvoir. Sa première interview à un journal francophone, en 1980, il l'avait accordée à Jeune Afrique, alors qu'il était encore Premier ministre.

« Le Zimbabwe ne s’alignera sur aucun des deux blocs et choisira ses amis en fonction de ses propres intérêts et de ses propres besoins, quel que soit le camp auquel ils appartiennent. L’Est ou l’Ouest ». Ces mots, ce sont ceux de Robert Mugabe, alors Premier ministre du Zimbabwe. Nous sommes le 29 octobre 1980, et jeune Afrique publie la première interview de celui qui deviendra près de quatre décennies plus tard le plus vieux dirigeants au monde. A l’époque, il n’est encore « que » Premier ministre.

La rencontre a lieu à Milton House, la bâtisse de Salisbury qui abritait quelques mois plus tôt Ian Smith… Le 18 avril 1980, la Rhodésie devient indépendante et prend le nom de Zimbabwe, après 90 ans de colonisation britannique. La guerre d’indépendance qui opposait les autorités de Salisbury et les nationalistes noirs, entre 1972 et 1979, a fait 27 000 morts.

A la suite des accords de Lancaster House, Robert Mugabe, chef de l’Union nationale africaine du Zimbabwe (ZANU), est nommé Premier ministre du Zimbabwe après la victoire de son parti lors des premières élections multiraciales du pays. En tant que Premier ministre, Robert Mugabe avait pour lourdes responsabilités de réconcilier le peuple du Zimbabwe et de relancer l’économie du pays. C’est  dans ce contexte postindépendance, porteur d’espoir pour les Zimbabwéens que Robert Mugabe a accepté de se confier à François Soudan.

Le Zimbabwe ne s’alignera sur aucun des deux blocs

L’armée, la lutte des classes et la France

Robert Mugabe explique alors qu’après la guerre de 1972-1979 « seuls 7 000 combattants ont demandé à être démobilisés et cela a été fait sans heurts » et que les autres veulent « être intégrés au sein de la nouvelle armée nationale ». 37 ans plus tard, les vétérans défileront dans les rues d’Harare pour réclamer son départ.

Il évoque également les aspects idéologiques du régime qui se met en place. « La classe ouvrière est très minoritaire ; ce n’est pas à elle qui a lutté et souffert le plus pendant la lutte armée : c’est donc à la paysannerie que doit revenir le rôle de groupe social moteur, d’avant-garde dans notre société », explique-t-il.Et dans le contexte de guerre froide, il affirme que « le Zimbabwe ne s’alignera sur aucun des deux blocs et choisira ses amis en fonction de ses propres intérêts et de ses propres besoins, quel que soit le camp auquel ils appartiennent. L’Est ou l’Ouest ».

 L’Afrique francophone s’est peu souciée de nous. Peut-être faut-il y voir l’influence de la France

Déjà, il se fait le héraut de la lutte contre le néocolonialisme, et attaque la France de front. Le pays a certes « accordé quelques bourses universitaires » à plusieurs étudiants du pays, mais il a surtout  « mis le plus d’obstacles » à l’adhésion du Zimbabwe à la Convention de Lomé, accuse le Premier ministre.

Surtout, il note que « peu de pays » ont soutenu le Zimbabwe dans sa lutte pour l’indépendance. « Mais l’Afrique francophone, tout particulièrement, s’est peu souciée de nous. Pourquoi ? Peut-être faut-il y voir l’influence de la France et le fait que ces pays tiennent compte, dans leur analyse, des orientations de la politique étrangère française. »

Relisez l’intégralité de l’entretien ci-dessous :

Interview de Robert Mugabe dans Jeune Afrique du 29 octobre 1980 by jeuneafrique on Scribd

Lire les autres articles du dossier

«Zimbabwe : coup de Grace pour Robert Mugabe»

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici