Les institutions financières doivent changer leur approche des PME

par

PDG et fondateur du Groupe Cofima

Étudiants de l'ISM (Institut supérieur de management de Dakar). © ISM

Pour le fondateur de Cofina, les micro-entrepreneurs en Afrique ont besoin d'une formation au leadership tout autant que d'appuis économiques.

Et si le meilleur moyen de promouvoir les PME africaines consistait à faire de leurs dirigeants de véritables leaders économiques ? Une étude de la Banque mondiale publiée en septembre 2017 révèle que les formations en entrepreneuriat axées sur les compétences psychologiques, notamment la motivation, sont nettement plus efficaces que les formations classiques en gestion, comptabilité ou marketing. Menée auprès de micro-entrepreneurs de l’Afrique de l’Ouest, elle a permis à ceux qui ont suivi ces nouveaux types de formations de réaliser une hausse de bénéfices de 30 %, contre 11 % pour ceux ayant reçu une formation classique.

Enseigner le leadership, la prise d’initiatives, la capacité à surmonter des obstacles, tout cela est vital pour des entrepreneurs qui doivent survivre dans un monde ultra-concurrentiel. Cette nouvelle approche invite à reconsidérer la forme que doit prendre l’accompagnement des PME africaines, en associant financement et formation pour leur permettre de déployer leurs pleines capacités.

Le nombre des PME en décalage avec leur poids économique

En effet, il est plus que nécessaire de faire prendre conscience aux institutions financières de l’urgence qu’il y a à changer leur approche des PME. Celles-ci sont le terreau sur lequel prospère le tissu industriel national. Les PME africaines représentent 90 % des sociétés privées du continent, et parmi elles entre 70 et 80 % sont des micro ou très petites entreprises.

Pourtant, leur nombre est en décalage avec leur poids économique total : il est estimé qu’elles ne représentent qu’entre 20 et 30 % du PIB des pays africains, contre 60 % dans les pays développés.

Il est donc d’autant plus nécessaire de repenser la nature de l’accompagnement qui doit leur être offert : les dirigeants de PME ont besoin tout autant de soutien financier que moral. La finance classique n’assure ni l’un ni l’autre : les institutions traditionnelles étant mal équipées pour évaluer et suivre les projets des PME, elles compensent ce déficit d’information en exigeant des garanties très onéreuses ou impossibles à fournir.

Seules 6,4 % des PME déclarent y avoir eu accès, contre 27 % en Asie du Sud-Est. Ainsi, plus de 70 % des PME ont des difficultés à se financer sur le moyen/long terme. De son côté, la micro-finance ne dispose pas de capacités de financement suffisantes.

 En tant que sous-traitants, les PME jouent rôle prépondérant  dans le soutien aux grandes entreprises

Entre la finance traditionnelle et la micro-finance, toutes deux préoccupées essentiellement par des enjeux financiers, la mésofinance offre une approche holistique de l’entrepreneuriat. Elle reconnaît le rôle prépondérant que jouent les PME sur le marché de l’emploi et dans le soutien aux grandes entreprises en tant que sous-traitants ; leur capacité à l’innovation et leur plus grande adaptabilité aux conditions fluctuantes du marché les mettent aux avant-postes de la stabilité économique.

De fait, les PME représentent le tiers des brevets déposés dans les sociétés industrialisées, et ont le potentiel d’être à la pointe des créations de brevets locaux dans les économies africaines en cours d’industrialisation. C’est sur leur réactivité et leur adaptabilité aux marchés que comptent les grandes entreprises et les économies africaines dans leur ensemble pour faire face aux chocs internes et externes, et conserver leur momentum contre vents et marées.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici