RDC : le report de l’élection présidentielle à décembre 2018 devant l’Assemblée

Par Jeune Afrique avec AFP

Bruno Tshibala, Premier ministre de la République démocratique du Congo, dans les locaux de Jeune Afrique, le 15 septembre 2017. © Vincent Fournier pour JA.

Le texte du projet de loi de révision de la loi électorale en République démocratique du Congo a été déposé ce 20 novembre devant l'Assemblée. Il doit être voté d'ici le 30 novembre. C'est le premier pas vers le report effectif de l'élection présidentielle à décembre 2018, tandis que l'opposition continue de réclamer le départ de Joseph Kabila dès la fin 2017.

Bruno Tshibala, le Premier ministre, affirme que le texte permettra de « rationaliser » le système électoral du pays. Déposé ce 20 novembre, devant l’Assemblée nationale, le projet de révision de la loi électorale doit être adoptée d’ici le 30 novembre et promulgué le 15 décembre, selon le calendrier.

Présenté par la Commission électorale le 5 novembre, ce calendrier prévoit des élections le 23 décembre 2018, deux ans après la fin officielle du deuxième et dernier mandat du président Joseph Kabila d’après l’actuelle Constitution. L’opposition congolaise réclame son départ dès la fin 2017.

Aide internationale

L’Église congolaise a demandé le jour même au Parlement « d’adopter toutes les lois pertinentes, notamment la loi électorale et son annexe portant sur la répartition des sièges, chacune en son temps opportun, pour relancer le processus électoral ».

La semaine dernière, le gouvernement a présenté son projet de budget 2018 de 10,3 milliards de francs congolais (5,6 milliards de dollars) dont quelque 500 millions de dollars sont prévus pour les opérations électorales.

Le président de la Commission électorale, Corneille Nangaa, avait évalué en avril à 1,3 milliard de dollars le coût total des élections présidentielle, législatives et locales. Kinshasa devrait donc demander le soutien de ses partenaires internationaux pour l’organisation de ces scrutins.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici