Élections en Algérie : la colère d’Anes Tina, le youtubeur qui défend les laissés-pour-compte

Anes Tina fait partie des YouTubeurs algériens qui n'hésitent pas à s'attaquer au pouvoir. © YouTube/ Anes Tina

À quelques jours des élections locales prévue ce jeudi 23 novembre, le youtubeur subversif algérois vient de publier une nouvelle vidéo dans laquelle il fustige une élite qui s'est accaparée les richesses du pays, laissant la population livrée à elle-même.

En quatre jours, sa vidéo à réalisé près de 4 millions de vues sur YouTube. Un clip bouleversant, et c’est peu dire. Anes Tina y pousse un cri de révolte face aux désillusions et aux souffrances des Algériens, dans un pays où le pouvoir est de plus en plus critiqué. « Ana Zaâfane » (« Je suis fâché ») est le titre – et en même temps le refrain- de cette nouvelle vidéo publiée le vendredi 17 novembre.

Constat glaçant

« Oui, je suis fâché ! Je suis fâché contre ceux qui se sont enrichis sur le dos de l’Algérie, ceux qui ont envoyé leurs enfants étudier en France alors que le peuple pâtit d’un mauvais système d’enseignement. Je suis fâché en voyant les harragas (clandestins) risquer leurs vies pour atteindre l’Europe. Je suis fâché contre ceux qui partent à l’étranger se soigner pour une grippe alors que les femmes enceintes meurent encore en couches. Je suis fâché en voyant les diplômés universitaires vendre des cigarettes dans la rue pour survivre alors que d’autres, n’ayant même pas terminé leurs études primaires, font les affaires et édictent des lois au Parlement ». La tirade est longue. Le constat est glaçant.

 

Prenez-tout… Mais laissez-nous l’espoir. Juste l’espoir

Habillé en SDF, haillons et dentition saccagée – il s’est inspiré d’un SDF algérois connu et que les habitants surnomment « Rani Zaafane  » – , le youtubeur dépeint une situation chaotique : « Je te pleure Ô mon pays. Ils veulent te faire sombrer comme le Titanic ! » La musique du film a d’ailleurs été utilisée comme fond sonore de la vidéo.


>>> A LIRE – Bouteflika, une énigme qui inquiète l’Algérie


À la veille des élections municipales, prévues ce jeudi 23 novembre, Anes Tina attaque sévèrement les hommes au pouvoir -sans jamais les nommer – et les rend responsables de l’impasse dans laquelle se trouve les Algériens. Une situation indigne du pays des Chouhadas (martyrs) ; du colonel Amirouche, de Mourad Didouche ou encore de Ssi El Haouas , accuse-t-il.

Il finit sur une note poignante : « Prenez les postes, les millions de dinars, prenez-tout… Mais laissez-nous l’espoir. Juste l’espoir ! », lance celui qui dit « aimer profondément son pays » et « n’avoir aucune leçon de patriotisme à recevoir ».

Le malaise gagne en ampleur

Repéré sur internet en 2012 grâce à ses petits sketchs désopilants, Anes Tina, 28 ans, a progressivement gagné en popularité. Ses parodies ont marqué la société algérienne, comme lorsqu’en 2014 il a conseillait à Abdelaziz Bouteflika « d’oublier le quatrième mandat ». À mesure que les années ont passé, et ne voyant aucun changement, le discours du youtubeur s’est fait de plus en plus amer.

Les vidéos décrivant le malaise des Algériens se multiplient sur les réseaux sociaux ces dernières années. Le 27 avril 2017, à la veille des élections législatives, un autre podcasteur, DZ Joker, avait appelé au boycott des élections. Intitulée « Je ne voterai pas », elle a réalisé à la date d’aujourd’hui plus de 10 millions de vues.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici