Bénin : panique sur le mobile banking après l’arrêté d’expulsion du directeur général de MTN

Par - à Cotonou

Un magasin de l'opérateur de téléphonie mobile MTN à Cotonou, au Bénin, le 24 février 2016. © © Gwenn Dubourthoumieu pour J.A.

Depuis que Stephen Blewett, le directeur de la filiale béninoise de MTN, a été sommé de quitter le territoire, les usagers s'inquiètent pour leur argent déposé auprès du service de mobile banking de l'opérateur. L'entreprise appelle au calme et invoque la garantie de la BCEAO.

« Nous n’avons pas enregistré un seul dépôt depuis ces dernières vingt-quatre heures. Il n’y a que des opérations de retrait », se plaint Anne-Marie, tenancière d’une agence multimédia dotée d’un service de mobile money à Cotonou. Parmi les clients qui défilent, le discours est le même : « J’ai tout repris en attendant de voir », lance une dame visiblement affolée. « Je ne sais pas si la décision d’expulser le directeur général aura des conséquences sur mon argent à MTN… Il faut être prudent », explique un autre usager, tout aussi blême.

Panique sur les réseaux sociaux et dans les agences

Quel est le volume de ces retraits généralisés ? MTN ne veut pas communiquer de chiffre « pour l’instant ». Selon les informations recueillies par Jeune Afrique auprès d’une agence située en périphérie de Cotonou, le phénomène a été important dès les premières heures : « Plus de 540 000 F CFA ont été retirés de leurs comptes par les clients entre 19 h et 20 h, ce vendredi 17 novembre. On n’a encore jamais vu ça dans notre agence », s’inquiète le responsable de l’agence.

Depuis l’annonce, vendredi 17 novembre, d’un arrêté du ministère de l’Intérieur sommant le directeur général de MTN Bénin, le Sud-Africain, Stephen Blewett, de quitter le territoire d’ici le 24 novembre, les forums internet s’agitent. Sur les réseaux sociaux, de nombreux messages sont apparus enjoignant les utilisateurs du service de Mobile Money développé par l’entreprise de procéder au retrait de leur dépôt.

 

« Trouble à l’ordre public » et appel au calme

L’arrêté du ministère de l’Intérieur précisé que la décision d’expulsion est motivée par le « trouble à l’ordre public » qu’aurait provoqué Stephen Blewett – une accusation que la direction générale de MTN dénonce comme « infondée ».

Cette décision a été prise sept jours après l’ouverture d’une procédure de sanction contre la filiale du groupe sud-africain pour non versement de 134 milliards de francs CFA (204 millions d’euros) de redevances au titre des années 2016 et 2017.

« Nous appelons tous nos clients au calme. Les fonds de tous nos abonnés et partenaires sont en toute sécurité et garantis, conformément aux instructions de la BCEAO. Mobile Money continue normalement ses opérations », souligne un communiqué publié sur les chaînes de télévision du Bénin.

Un responsable de MTN Mobile Money explique à Jeune Afrique que « le secteur de la téléphonie mobile de MTN est séparé de l’activité de mobile banking, qui est réglementée et contrôlée par la BCEAO. De plus le fait que le directeur général de MTN fait l’objet d’un arrêté d’expulsion ne veut pas dire que nous arrêtons nos activités dans le pays. Nous y sommes un acteur principal des télécommunications au Bénin et nous le resterons ».

De fait, la société MTN Mobile Money Bénin SA a été agréée par la BCEAO par décision n°355-11-2016 en date du 10 novembre 2016 par laquelle une licence d’émission de monnaie électronique lui a donc bel et bien été octroyée.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici