Esclavage : le Niger convoque l’ambassadeur libyen

Par Jeune Afrique avec AFP

Le président Mahamadou Issoufou, le 29 mai 2015. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Ce 19 novembre, le Niger a convoqué l'ambassadeur de Libye à Niamey pour lui faire part de l'indignation du président Mahamadou Issoufou sur la vente de migrants africains comme esclaves en Libye.

Au Niger, le ministre des Affaires étrangères, Ibrahim Yacoubou, a déclaré sur son compte Twitter avoir notifié au diplomate libyen que « tout doit être mis en oeuvre pour faire cesser cette ignominie dont les auteurs doivent être sanctionnés ».

Le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui s’était déjà indigné de la vente aux enchères de migrants-esclaves en Libye quelques jours plus tôt, a demandé à ce que le sujet soit mis à l’ordre du jour du sommet entre l’Union africaine (UA) et l’Union européenne prévu les 29 et 30 novembre à Abidjan.

« Pratique d’un autre âge »

« La vente aux enchères de migrants comme esclaves en Libye m’indigne profondément, s’est insurgé le chef d’Etat. J’en appelle aux autorités libyennes et aux organisations internationales, afin que tout soit mis en oeuvre pour que cesse cette pratique d’un autre âge, que nous croyions à jamais révolue ».

Plusieurs ONG nigériennes ont également condamné la vente de migrants en Libye. Porte du Sahara, Agadez, plus grande ville du nord du Niger, est une plaque tournante du trafic d’êtres humains voulant gagner l’Europe via la Libye. Le durcissement des mesures législatives et des contrôles sécuritaires aux frontières ne semblent pas décourager migrants et passeurs.

En début de semaine, un groupe de 25 migrants originaires d’Érythrée, d’Ethiopie et du Soudan et coincés en Libye dans une situation très vulnérable, sont par ailleurs arrivés à Niamey après avoir été évacués par l’ONU.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici