Sénégal : un violent incendie prive une partie de Dakar d’électricité

Par Jeune Afrique

L'incendie s'est déclaré tôt ce vendredi 17 novembre à Pikine, dans le nord de Dakar. © Photo : DR / J-M.M.

Un violent incendie a ravagé un vaste secteur du quartier de Pikine, une ville de la banlieue nord de Dakar. L’incendie, contre lequel les pompiers se battaient encore à la mi-journée, a causé d’importants dégâts sur les lignes à haute tensions, privant d’électricité une grande partie de la capitale sénégalaise.

L’incendie a démarré très tôt ce vendredi matin, vers 4 heures locales, dans le parc Lambaye, une zone dédiée au stockage de bois et de meubles à Pikine, dans la banlieue nord de Dakar. Les flammes se sont propagées extrêmement rapidement.

Les pompiers sénégalais sont intervenus avec l’aide de leurs homologues français, venus en renfort en fin de matinée. À la mi-journée, ce vendredi, les soldats du feu étaient toujours à pied d’œuvre face aux flammes dévorantes, mais la situation serait sous contrôle.

C’est le chaos total, ce sont des millions et des millions qui sont partis en flamme

Des commerçants ont tout perdu

« On a perdu au moins 2 ou 3 milliards, là… On avait des bagages, des moutons, des machines… C’est dur ! » lâche Modou Sarr, l’un des commerçants qui ont vu leur échoppe partir en fumée. « Nous sommes impuissants face à ce malheur », glisse-t-il.

« C’est le chaos total ! Ce sont des millions et des millions qui sont partis en flamme », renchérit El Hadj Dieng, un autre commerçant. Lui pointe également la difficulté d’intervention, inhérente à l’occupation anarchique de cette vaste zone de Pikine. « Ce sont de petites rues, même pour faire passer une charrette, ce n’est pas évident, ce qui complique les interventions », note le jeune homme.

Dakar privée d’électricité

Selon les premières constatations, seuls des dégâts matériels sont à déplorer. Mais des câbles à haute tension ont été touchés, provoquant une coupure de courant dans la majeure partie de Dakar depuis ce vendredi matin à l’aube.

Dans un communiqué, la Senelec, compagnie nationale d’électricité, a expliqué avoir mis en place « un délestage tournant » dans l’attente du retour complet à la normale, sans donner de précisions sur les délais.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici