Libye : une vidéo de migrants subsahariens vendus comme esclaves suscite colère et indignation

Par Jeune Afrique

La vidéo a été tournée et publiée par la chaîne d'information américaine CNN. © Capture d'écran / Youtube

Les images viennent d'être rendues publiques par la chaîne américaine CNN. Après une enquête de longue haleine, celle-ci a pu prouver l’existence d'un marché aux esclaves subsahariens en Libye. Les commentaires de colère et de soutien affluent en masse sur les réseaux sociaux.

En août 2017, CNN prend connaissance d’une vidéo tournée quelque part en Libye où l’on voit des Africains vendus aux enchères. « Huit cents », dit celui qui fait office de commissaire-priseur. « 900… 1 000… 1 100… » Vendu. Pour 1 200 dinars libyens – soit l’équivalent de 800 dollars, un homme est « acheté » par un Libyen.

Les journalistes mènent alors l’enquête et se rendent en Libye afin de vérifier l’authenticité de la vidéo. En octobre, la chaîne parvient à filmer en caméra cachée une vente similaire en pleine nuit, à Tripoli.

L’équipe de télévision constate alors qu’une douzaine de personnes sont vendues au plus offrant en l’espace de six ou sept minutes. BFMTV a repris les images de CNN pour en faire une version courte en français.

Après la vente aux enchères, les journalistes américains ont cherché à rencontrer deux des hommes qui avaient été ainsi achetés par des esclavagistes des temps modernes. « Ils étaient tellement traumatisés par ce qu’ils avaient traversé qu’ils ne pouvaient pas parler, et ils avaient tellement peur qu’ils se méfiaient de tous ceux qu’ils rencontraient », explique CNN.

Ces images n’ont pas tardé à faire réagir sur les réseaux sociaux. Le producteur et animateur Claudy Siar a notamment enregistré une vidéo où il ne mâche pas ses mots, partagées plusieurs centaines de milliers de fois sur Facebook.

Révoltés, d’autres internautes évoquent « un triste retour en arrière » et demandent le soutien des dirigeants africains.

Voici la vidéo intégrale de CNN en anglais :

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici