Football – Côte d’Ivoire : Marc Wilmots quitte l’équipe nationale

Par Jeune Afrique avec AFP

Le sélectionneur des Élephants Marc Wilmots pendant l'Euro 2016, le 26 juin 2016. © Martin Meissner/AP/SIPA

Moins d'une semaine après l'échec des Éléphants à se qualifier à la prochaine Coupe du monde, le sélectionneur belge Marc Wilmots et la Fédération de football Côte d'Ivoire ont mis un terme "d'un commun accord" à la mission du sélectionneur, ont annoncé mercredi les deux parties.

« Aujourd’hui il a été décidé de mettre fin à ma collaboration avec la Fédération de football de Côte d’Ivoire », a indiqué sur son compte Twitter l’ex-sélectionneur de la Belgique, précisant qu’il s’agissait d’un »commun accord ». « Je vous souhaite le meilleur pour le futur », a ajouté Marc Wilmots, 48 ans.

Le Belge avait signé en mars un contrat de deux ans avec l’équipe ivoirienne, avec une possibilité de prolonger pour deux autres années. Sa principale mission était de qualifier l’équipe pour la Coupe du monde en Russie l’année prochaine. Mais la Côte d’Ivoire a perdu le match décisif contre le Maroc samedi et est donc éliminée de la compétition.

Ambiance dégradée

Il ne suffit pas de couper une tête pour résoudre le problème

L’équipe nationale ivoirienne a confirmé le départ de Marc Wilmots, survenue après une rencontre lundi 13 novembre à Abidjan. « Les parties sont convenues de mettre fin à l’amiable à leur collaboration, tout en saluant la bonne ambiance qui a prévalu durant six mois de travail en commun », a déclaré la Fédération dans un communiqué lapidaire.

Une ambiance pourtant dégradée, selon les déclarations de Wilmots dans les médias ivoiriens ces derniers jours, dans lesquelles il s’en était pris à ses joueurs. « Nous sommes tous responsables : la fédération, les joueurs et le staff technique. Les joueurs en premier lieu parce que ce sont eux qui sont sur le terrain et moi également qui mets en place les stratégies », avait-t-il déclaré dans la presse ivoirienne. Avant d’ajouter : « Il ne suffit pas de couper une tête pour résoudre le problème ». La fédération ivoirienne en a visiblement décidé autrement.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici