Côte-d’Ivoire : un nouveau fonds pour l’éducation

Par Jeune Afrique

Jean-Michel Severino, président d’Investisseurs et Partenaires., lors de l'émission Eco d'ici, éco, d'ailleurs, en septembre 2016 © Vincent Fournier/JA

La société d'investissement I&P et la Fondation Jacobs veulent appuyer des PME et start-up ivoiriennes œuvrant dans le domaine de l'éducation. À la clé, des financements de 10 000 à 200 000 euros.

La société d’investissement Investisseurs et partenaires (I&P), via le fonds ivoirien Comoé Capital – qu’elle sponsorise – et la Fondation Jacobs, ont annoncé le 14 novembre la création de l’Education Impact Fund (EIF). Son objectif est d’apporter des financements ainsi qu’un accompagnement technique et stratégique aux PME et start-up ivoiriennes ayant pour objectif d’améliorer la qualité ou l’accès à l’éducation dans le pays.

« Le fonds comprendra à la fois des financements d’amorçage (entre 10 000 et 60 000 euros par dossier) et des financements de croissance (entre 60 et 200 000 €) », précise le communiqué d’I&P.

Une dizaine d’entreprises, actives « dans le domaine de l’éducation au sens large, y compris l’édition, la formation professionnelle, les librairies, divers services aux institutions éducatives…) », devraient en bénéficier d’ici 2021.

Épauler le développement de solutions innovantes

La stratégie de l’EIF « consistera à cibler des PME ivoiriennes, existantes ou en création, présentant des opportunité d’impact et de création de valeur fortes », qui développent des solutions innovantes permettant de faire face aux enjeux éducationnels que connaît le pays.

« L’accès à l’éducation et à la formation est un enjeu clé pour favoriser la création d’emplois en Afrique subsaharienne », estime I&P, citant le dernier rapport Global Human Capital du Forum économique mondial, qui classe l’Afrique subsaharienne en bas du tableau.

Selon l’Unesco, en fin de cycle primaire, moins de 40 % des élèves ivoiriens ont acquis le niveau requis, et ils sont moins de 30 % en ce qui concerne les mathématiques. Ces compétences non assimilées leur font souvent défaut lorsqu’il s’agit d’intégrer le monde du travail.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici