Somalie : les États-Unis affirment avoir tué 40 « islamistes » par des frappes aériennes

Par Jeune Afrique avec AFP

Des Shebab dans le nord de la Somalie, en octobre 2010. © Mohamed Sheikh Nor/AP/SIPA

Les États-Unis ont annoncé lundi avoir tué 40 « islamistes shebab » et « combattants de l'EI » en Somalie au terme de cinq frappes menées en fin de semaine dernière.

« 36 islamistes shebab et 4 combattants de l’EI ont été tués », a indiqué lundi 13 novembre un porte-parole du Pentagone, le colonel Rob Manning, au cours d’un point de presse. Quatre de ces frappes avaient déjà été annoncées par le commandement militaire américain chargé de l’Afrique (AFRICOM).

Début novembre, les États-Unis avaient pour la première fois frappé l’EI en Somalie, où le président Donald Trump a autorisé en mars dernier le Pentagone à lancer des opérations antiterroristes par voies aérienne ou terrestre pour soutenir le gouvernement somalien, de nouveau ébranlé par l’attentat du 14 octobre au camion piégé, responsable de la mort d’au moins 358 personnes à Mogadiscio.

Les shebab tentent depuis 2007 de renverser le gouvernement somalien soutenu par la communauté internationale. En 2010, ils ont proclamé leur allégeance à Al-Qaïda, organisation à laquelle ils ont été officiellement intégrés en 2012. Mais plus récemment, certains d’entre eux ont fait défection au profit de l’EI. Leur leader, Abdul Qadir Mumin, a été placé en août 2016 sur la liste des terroristes internationaux par le département d’État américain.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici