Fermer

Nigeria : Oya, une héroïne du tonnerre

Adesuwa peut entrer en contact avec une divinité et acquérir ses pouvoirs. © Prod

Exit les Wonder Woman, Elektra et autres Catwoman. Voici Oya, superhéroïne orisha.

En puisant dans les traditions religieuses yorubas (ethnie du sud-ouest nigérian et de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest), le jeune réalisateur nigérian Nosa Igbinedion ressuscite Oya, cette puissante déesse du vent et du tonnerre.

Dans son court-métrage Oya : Rise of the Orisha, il met en scène une jeune femme d’aujourd’hui, Adesuwa, qui se découvre un don extraordinaire : celui de communiquer avec cette divinité et parfois même d’acquérir ses pouvoirs… La mission d’Oya ? Garder fermée la porte qui sépare l’univers des orishas de celui des humains pour empêcher la destruction de notre monde.

Atmosphère futuriste et mythologique

Bourré d’effets spéciaux – qui sont loin, il est vrai, d’égaler ceux de Matrix ou du dernier X-Men – le film est imprégné d’une atmosphère futuriste et mythologique à la fois. Tourné au Royaume-Uni, où vit le réalisateur, il a été financé par une opération de crowdfunding (financement par les internautes) qui a rapporté plus de 5 000 euros.

Un cinéma indépendant, plein de fougue et sans complexe, qui a séduit les organisateurs du très sélectif Matatu Film Festival d’Oakland en Californie. Oya : Rise of the Orisha y sera projeté en intégralité pour la première fois le 18 juillet.

Nosa Igbinedion, qui a déjà réalisé deux courts-métrages remarqués (The Hydra, 2009 et The Prayer, 2012) souhaite poursuivre les aventures d’Oya dans un format plus long.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro