Algérie : quand les internautes moquent les affiches électorales

Les affiches de campagnes des élections locales 2017 ont suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux.. Ici l'affiche d'une liste électorale de l'Assemblée populaire communale (APC). © Twitter/Al Manchar

À deux semaines des élections locales, certains candidats ont eu recours à des affiches surprenantes, et parfois hilarantes, pour faire campagne. Florilège.

Depuis le lancement de la campagne électorale, le 29 octobre, les affiches choisies par certains candidats font le buzz en Algérie. Pas de programme pointu ni de débat houleux autour de ces élections locales, prévues le 23 novembre : seulement d’innombrables affiches plus atypiques les unes que les autres, tournées en ridicule, détournées puis parodiées sur la toile.

Le site parodique El Manchar, équivalent algérien du Gorafi français, ne s’est d’ailleurs pas privé de publier en avant-première les fameux clichés, soulignant qu’il s’agit cette fois-ci d’une « véritable information ».

La photo la plus partagée par les Algériens sur Facebook reste celle des « Aigles du futur », l’une des listes des candidats du Front El Moustakbel (sans appartenance politique).

Un photomontage plutôt grossier qui affiche le candidat tête de liste debout sur la nuque d’un aigle. Il est entouré, tel le Messie, des autres candidats. Un recours plutôt grossier à Photoshop qui fait sourire les commentateurs.

El Manchar en a d’ailleurs profité pour apporter sa touche personnelle à cette affiche en remplaçant l’aigle par une tête d’âne.

À visage caché

Un tacle ironique qui a immédiatement fait réagir. Et les moqueries ne se comptent plus sur Facebook et sur Twitter. « Nous en sommes arrivés à un point où l’on a du mal à distinguer le vrai de la satire », déplore un internaute.

« Soit ce sont des Ikhwa (islamistes) miniatures qui font du yoga sur un aigle, soit il s’agit d’un aigle géant. L’idée d’une affiche pareille ne peut qu’être que le fruit d’une Marijuana de qualité supérieure », ajoute un autre.

Du côté du Mouvement populaire algérien (social démocrate) basé à Bejaïa, en Kabylie, le visuel n’est pas plus valorisant. Surtout pour les candidates MPA à la commune Aïn Lahdjar de Sétif. Le visage de deux militantes a en effet été remplacé par des roses ! « Qui voterait pour une personne incarnée par une fleur ? », s’interroge un internaute sur Twitter. L’image de la gent féminine algérienne est fortement touchée, selon un autre, qui précise qu’« on ne rigole pas avec l’honneur des femmes à Aïn Lahdjar ».

Comme pour les législatives de mai dernier, le visage de certaines candidates a également été occulté et, cette fois, remplacé par un avatar en hijab chez les Indépendants de Boghni (wilaya de Tizi Ouzou) ainsi qu’au Front des forces socialistes (FFS) à Bordj Bou Arreridj, entre la Kabylie et les Hauts-Plateaux.

Un candidat du Front de libération nationale, parti actuellement au pouvoir, affirme pour sa part être surnommé « Nelson Mandela ».

Pour les autorités, le souci est tout autre. Convaincre les électeurs de se rendre aux urnes le 23 novembre. Rappelons qu’en mai dernier, plus de six Algériens sur dix ont boudé les élections législatives.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici