Cameroun : un gendarme tué par de présumés sécessionnistes

Par Jeune Afrique avec AFP

Des policiers camerounais à Yaoundé, en 2005. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Un gendarme a été abattu ce lundi 6 novembre à Jakiri, dans le nord-ouest anglophone du Cameroun. Une source proche des autorités régionales évoque une attaque de « sécessionnistes ».

C’est la première fois qu’un gendarme est tué de sang-froid dans le nord-ouest anglophone du Cameroun depuis la résurgence de la crise dans cette région. « Des individus suspectés d’être des sécessionnistes ont abattu un gendarme hier (lundi) à Jakiri », a affirmé à l’Agence France-Presse une source proche des autorités régionales. L’AFP a également obtenu confirmation de cette information par une source gouvernementale non citée.

Selon cette source, « des hommes cagoulés ont attaqué le lycée de Jakiri » et s’en sont pris aux élèves ainsi qu’aux enseignants. Les gendarmes sont intervenus et c’est alors qu’ils traquaient les assaillants que le gendarme « s’est retrouvé encerclé dans une forêt ». Le gendarme aurait été tué avec sa propre arme, dérobée par ses meurtriers.


>>> A LIRE – Le Cameroun sous la pression des replis identitaires


La crise dans la partie anglophone du Cameroun (nord-ouest et sud-ouest) a atteint un point culminant après la proclamation symbolique de l’indépendance de l’« Ambazonie » par son « président », Sisiku Ayuk.

Les manifestations qui ont suivi cette déclaration – faite sur les réseaux sociaux – ont été violemment réprimées par les forces de l’ordre. Les autorités camerounaises ont fait état de onze morts, dont six dans une tentative d’évasion de prison, tandis qu’Amnesty International évoquait « 17 personnes tuées par les forces de sécurité lors des manifestations ».

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici