Nigeria : un otage britannique tué, trois autres libérés

Par Jeune Afrique avec AFP

Des officiers de police nigérians à Abuja, le 25 mars 2015. © Ben Curtis/AP/SIPA

Un Britannique, Ian Squire, retenu en otage au Nigeria depuis le 13 octobre, a été tué. Ses trois autres compagnons ont été libérés et ont pu rentrer chez eux, a annoncé lundi le ministère britannique des Affaires étrangères.

« Nous sommes enchantés et soulagés qu’Alanna, David et Shirley soient rentrés sains et saufs. Nos pensées vont à la famille et aux amis de Ian », ont déclaré les familles des otages libérés dans un communiqué diffusé par le ministère britannique des Affaires étrangères. Les circonstances de la mort de Ian Squire n’ont pas été communiquées.

Les trois Britanniques  dont un mari et son épouse avaient été enlevés le 13 octobre dans le sud du Nigeria, dans l’État du Delta. Ils appartiennent à une organisation caritative chrétienne et étaient engagés dans des actions humanitaires depuis trois ans.

« Nous sommes reconnaissants pour l’aide que nous avons reçue de la part du Haut Commissariat britannique et des autorités nigérianes, dans la négociation de leur libération », ont ajouté les familles.

Un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a également exprimé sa « reconnaissance » aux autorités nigérianes.

Enlèvements fréquents

Les enlèvements pour rançon sont très fréquents dans le sud du Nigeria, où des personnalités fortunées et leurs familles sont généralement ciblées par des gangs criminels. Les victimes sont souvent libérées après quelques jours, une fois le versement de la somme effectué.

En juin 2016, trois Australiens, deux Nigérians, un Sud-Africain et un Néo-Zélandais, tous employés d’une société minière australienne, avaient été kidnappés puis libérés quelques jours plus tard.

Des hommes non identifiés avaient enlevé quelques mois plus tôt, en avril, six membres d’équipage d’un navire cargo turc au large des côtes du Nigeria, une région de plus en plus frappée par les actes de piraterie maritime.

Selon le Bureau maritime international (BMI), une organisation basée à Londres, 10 attaques et 44 prises d’otage ont eu lieu au large des régions pétrolifères du Nigeria de janvier à mars 2016.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici