Zimbabwe : Grace Mugabe se dit prête à succéder à son mari

Par Jeune Afrique avec AFP

Grace Mugabe lors d'un meeting à Harare le 19 novembre 2015. © Tsvangirayi Mukwazhi/AP/SIPA

Au Zimbabwe, la question de la succession du dirigeant Robert Mugabe, âgé de 93 ans, provoque des tensions croissantes au sein du parti au pouvoir. Son épouse, Grace, a annoncé dimanche 5 novembre qu'elle était prête à succéder à son mari.

« Je dis à M. Mugabe : vous devriez me laisser prendre votre place », a lancé son épouse Grace Mugabe devant des milliers de personnes dans un stade de la capitale du Zimbabwe, Harare, le 5 novembre. « N’ayez pas peur. Si vous voulez me donner votre poste, donnez-le moi librement ».

Le président Robert Mugabe avait laissé entendre la veille qu’il pourrait démettre de ses fonctions le vice-président Emmerson Mnangagwa, qui est vu comme un de ses successeurs potentiels et apparaît comme un rival de l’épouse du chef de l’État.

Emmerson Mnangagwa, 75 ans, surnommé « le crocodile », a déjà perdu début octobre son portefeuille de ministre de la Justice. Grace Mugabe, 52 ans, a déclaré que le parti au pouvoir allait bientôt changer ses statuts pour qu’une femme soit vice-présidente.

Une telle décision pourrait lui permettre de remplacer Emmerson Mnangagwa et lui ouvrir la voie pour succéder au plus vieux président d’Afrique, qui dirige son pays depuis 37 ans.

Accusations de complot

Emmerson Mnangagwa a été nommé vice-président en 2014, en remplacement de Joice Mujuru, qui avait perdu son poste après une campagne de Grace Mugabe qui l’accusait de vouloir renverser le président.

Dimanche, la première dame a aussi accusé Emmerson Mnangagwa d’avoir ourdi des complots, notamment un coup d’État au moment de l’indépendance. « En 1980, cette personne appelée Mnangagwa voulait faire un coup d’État, a-t-elle déclaré. Il voulait prendre le pouvoir du président. Il conspirait avec des Blancs ».

Le parti au pouvoir, la Zanu-PF, connaît de profondes divisions à propos de la succession de Robert Mugabe, qui a refusé de désigner un successeur. Le président a déjà annoncé qu’il briguerait un nouveau mandat lors de l’élection présidentielle de 2018.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici