Zimbabwe : une Américaine arrêtée pour avoir comparé Mugabe à un « lutin »

Par Jeune Afrique avec AFP

Robert Mugabe au Forum économique mondial sur l'Afrique en Afrique du Sud, le 4 mai 2017. © Reuters

Une Américaine a été arrêtée vendredi au Zimbabwe pour avoir comparé sur Twitter Robert Mugabe à un « lutin dont la femme et le fils ont acheté une Rolls-Royce ». Plusieurs personnes ont été arrêtées ces dernières années pour avoir posté des commentaires jugés insultants à l'égard du président.

Martha O’Donovan, une Américaine travaillant pour la télévision privée Magamba TV a été interpellée vendredi matin à son domicile de Harare. Elle a été placée en garde à vue au commissariat central de la capitale, selon l’Association des avocats du Zimbabwe pour les droits de l’Homme (ZLHR).

Dans un communiqué, l’ONG dénonce son arrestation pour avoir « publié un tweet sur son compte lors du récent festival Shoko qui fait référence à un certain lutin dont la femme et le fils ont acheté une Rolls-Royce ». « Ce tweet soi-disant insultant ne fait même pas mention du nom du président », a insiste la ZLHR.

La police n’était pas joignable pour commenter l’information.

Selon la presse indépendante locale, l’épouse du chef de l’État, Grace Mugabe, et un de ses fils Russell Goreraza, ont récemment fait chacun l’acquisition d’une Rolls-Royce Ghost d’une valeur estimé à 220 000 dollars (190 000 euros) l’unité.

Le fils de la Première dame aurait également deux Range Rover, deux Mercedes et une Aston Martin, selon la même source.

Plusieurs arrestations

De nombreuses personnes ont été arrêtées ces dernières années pour avoir posté des commentaires jugés insultants contre Robert Mugabe, mais aucune n’a été jusque-là condamnée. Dernière en date, le 11 octobre, Sten Zvorwadza, un syndicaliste, avait été arrêté pour avoir qualifié le président de « mort-vivant ».

Dans un entretien avec un quotidien local, The Daily Mail, l’homme à la tête de l’association professionnelle des vendeurs avait critiqué la décision du gouvernement d’interdire les vendeurs de rue à Harare. « Nous n’obéirons pas à une telle ineptie, nous restons dans les rues, avait déclaré Sten Zvorwadza. Les Zimbabwéens doivent comprendre que Mugabe est vieux et qu’il est un mort vivant. »

Âgé de 93 ans, Robert Mugabe, qui dirige le pays depuis 1980, a récemment nommé dans son gouvernement un ministre de la Cybersécurité, spécialement chargé de la surveillance des réseaux sociaux. Il a annoncé qu’il briguerait en 2018 un nouveau mandat à la tête de son pays, traversé par une grave crise économique et financière.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique