Cameroun : cinq enfants tués dans un attentat suicide commis par une fillette

Par Jeune Afrique avec AFP

Un soldat camerounais à la frontière avec le Nigeria, en février 2015. © Edwin Kindzeka Moki/AP/SIPA

Cinq enfants ont été tués mardi soir et deux autres blessés dans un attentat-suicide dans l'extrême-nord du Cameroun, en proie à de récurrentes attaques attribuées aux jihadistes nigérians de Boko Haram, a-t-on appris mercredi de sources sécuritaires.

« Une kamikaze s’est fait exploser (mardi) vers 19H45 » heures locales (18h45 GMT) dans le village de Zamga, à 2 km de la frontière nigériane, a rapporté sous couvert d’anonymat un responsable sécuritaire de la zone joint depuis Yaoundé.

« Cinq enfants ont été tués et deux autres blessés », a-t-il ajouté, précisant que la kamikaze a aussi trouvé la mort dans l’explosion. L’attentat et le bilan ont été confirmés à l’AFP par une autre source de sécurité.

Un groupe d’enfants jouait lorsqu’« une fillette s’est introduite » au milieu d’eux, actionnant sa charge explosive, a expliqué le responsable sécuritaire.

nog

Un conflit qui a fait au moins 20 000 morts

Dimanche et lundi, au moins vingt personnes avaient été tuées dans des attaques menées par Boko Haram au Nigeria et au Cameroun.

Depuis 2014, date à laquelle le Cameroun est entré en guerre contre Boko Haram, ce groupe a tué « 2.000 civils et militaires » et enlevé « un millier de personnes » dans l’extrême-nord du pays, selon le centre d’analyse International Crisis Group (ICG).

Depuis son apparition il y a huit ans, Boko Haram, actif dans les pays frontaliers du lac Tchad (Nigeria, Cameroun, Niger et Tchad), a provoqué la mort d’au moins 20 000 personnes.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici