L’émir du Qatar dénonce le blocus de ses voisins

Par Jeune Afrique avec AFP

L'émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, le 18 octobre 2017. © Achmad Ibrahim/AP/SIPA

L'émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a explicitement accusé les quatre pays qui ont déclenché un blocus économique et politique contre son pays en juin de tenter de renverser son régime.

« Ils veulent un changement de régime, c’est évident, a déclaré le 29 octobre l’émir du Qatar dans l’émission 60 Minutes diffusée sur la chaîne américaine CBS. L’histoire nous enseigne qu’ils ont déjà essayé, en 1996, quand mon père est devenu émir. Et ces dernières semaines, ils ont recommencé de façon évidente ».

Le Qatar n’a plus d’accès terrestre au reste du monde depuis le 5 juin dernier, quand l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte ont rompu leurs relations avec le pays, provoquant une importante crise diplomatique dans le Golfe.

Soutien à l’islam radical

Ils lui ont imposé des sanctions économiques, notamment l’arrêt des liaisons aériennes, maritimes et terrestres. Ce qui a forcé le Qatar à développer de nouvelles voies d’approvisionnement par les airs ou les mers, ainsi qu’à rechercher de nouveaux soutiens diplomatiques.

Ils disent dans les médias que ce régime devrait être plus acceptable pour ses voisins

Les quatre pays l’accusent de soutenir des groupes islamistes radicaux et d’être trop proche de l’Iran. Jusqu’à présent, Doha n’accusait pas explicitement ses voisins de tentative de changement de régime.

Mais ces dernières semaines, déclare l’émir  Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani à CBS, « ils disent dans les médias que ce régime devrait être plus acceptable pour ses voisins. Ils veulent dire que nous devrions les suivre, au lieu d’être indépendants. C’est ce qu’ils veulent dire, c’est ce qu’ils veulent ».

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici