Gambie : Yahya Jammeh, président, guérisseur ou dictateur ?

Écrit par Emeline Wuilbercq

Yahya Jammeh, le président de Gambie. © AFP

Yahya a une nouvelle fois échappé à une tentative de coup d'État mardi 30décembre alors qu'il était en visite privée à l'étranger. Au pouvoir depuis deux décennies, le président gambien tient toujours solidement les rênes du pays. Portrait d'un des chefs d'État les plus controversés du continent.

Mis à jour le 31 décembre 2014 à 10h38

Sceptre en main, chapelet au cou et chéchia sur la tête, Yahya Jammeh a l’air d’un sage, dans son boubou immaculé. Pourtant, au bout de vingt années de pouvoir, le président gambien a les mains sales. Les homosexuels ? Des vermines. Le sida ? Guérissable par ses soins. Les journalistes ? Des opposants à museler. Les frasques du président gambien provoquent souvent des levées de bouclier de la part des organisations internationales. Et sur la scène intérieure, si l’ambiance est le plus souvent au mutisme, la tentative de coup d’État manqué, mardi 30 décembre, n’est pas la première.

> > Lire aussi : Gambie : Yahya Jammeh ou la croisade perpétuelle

Et pour cause, depuis son coup d’État militaire contre le président Dawda Jawara, le 22 juillet 1994, l’ancien lieutenant Yahya Jammeh, engagé dans la gendarmerie puis dirigeant la police militaire au début des années 1990, après avoir suivi une formation aux États-Unis, a dirigé d’une main de fer le pays. Sans vergogne, ce fils d’une famille diola du village sénégalais de Kanilai, près de la frontière avec la Casamance, a réprimé, voire éliminé, les opposants politiques, bafoué les libertés des ressortissants gambiens et instauré un climat de peur.

>> Lire aussi : "Gambie : il ne faut jamais dire Jammeh"

Retraité de l’armée en 1996 avec le grade de colonel, il remporte la même année la présidentielle dès le premier tour et sera réélu en 2001, puis en 2006. Entre-temps, en 2002, un amendement constitutionnel supprime toute limite aux mandats présidentiels. Selon son CV officiel, il aime le tennis, le football, la chasse, la lecture, les comédies musicales, et a comme "disposition particulière" d’avoir "une vaste connaissance dans la médecine traditionnelle, surtout dans le traitement de l’asthme et de l’épilepsie".

Jeune Afrique vous propose de découvrir les frasques et lubies de "Son Excellence Cheikh Professeur El Hadj Docteur Yahya AJJ Jammeh", le "Roi qui défie les rivières", chef d’État adepte des polémiques.

Promenez votre souris au-dessus du portrait pour voir s’afficher les textes.

____

Emeline Wuilbercq

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici