Burkina : « déçu » par l’action gouvernementale, Tahirou Barry démissionne du ministère de la Culture

Par Jeune Afrique avec AFP

Le ministre burkinabé de la Culture et du Tourisme, Tahirou Barry, lors d'un festival à Ouagadougou, le 25 février 2017. © ISSOUF SANOGO/AFP

C'est une surprise, y compris pour ses proches collaborateurs. Le ministre burkinabé de la Culture et du Tourisme, Tahirou Barry, a annoncé sa démission du gouvernement, évoquant une "grande déception" dans une déclaration publiée jeudi.

« J’ai pris la décision de remettre ma démission de mes fonctions de ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme à compter du 26 octobre 2017 après 22 mois de mission », a écrit Tahirou Barry, par ailleurs président du Parti pour la renaissance nationale (Paren). Une démission confirmée par plusieurs sources gouvernementales, sans qu’aucune réaction officielle n’ait pour l’heure été publiée.

Farouche opposant au régime de l’ex-président Blaise Compaoré, l’ex-ministre avait rallié la majorité la majorité présidentielle de Roch Marc Christian Kaboré après avoir terminé en troisième position de l’élection présidentielle (3% des voix).

« Nos martyrs trahis par des dirigeants »

« J’en ai assez de voir des millions de jeunes courageux livrés au chômage et au désespoir avec un horizon assombri dans une indifférence indescriptible, de voir le monde économique végéter dans un immobilisme avilissant, faute d’imagination de l’élite dirigeante », a expliqué l’ex-ministre pour justifier sa démission.

Avant d’avoir ces mots durs envers les autorités : « J’en ai assez de voir nos forces armées désespérément désarmées face à une armée de terroristes, sans larme de pitié, de voir le sacrifice de nos martyrs, au prix de leur sang, trahis par des dirigeants, en crise d’initiative ».

Démission « surprise »

Cette « démission est une grosse surprise » pour ses proches collaborateurs et des acteurs culturels, qui ont exprimé « une grande tristesse ». « Mon parti sera vite saisi pour apprécier les suites de ma décision », a précisé l’ex-candidat à la présidentielle.

Tahirou Barry fait face à la fronde au sein de sa propre formation politique. Depuis 2016, des tensions opposaient le fondateur du Paren Laurent Bado et Tahirou Barry au sujet de la gestion du parti. En juillet dernier, il avait même été exclu par des militants frondeurs pour « refus d’alternance » à la tête du Paren.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici