France : ouverture d’une enquête pour viol contre Tariq Ramadan

Par Jeune Afrique avec AFP

Discours de Tariq Ramadan lors d'une réunion d'organisations islamiques françaises à Lille, en février 2016. © Michel Spingler/AP/SIPA

Une enquête a été ouverte suite au dépôt d'une plainte, notamment pour viol, contre Tariq Ramadan. Des accusations que l'islamologue et théologien suisse conteste.

L’enquête porte sur des chefs de « viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort », a indiqué mardi une source judiciaire.

Des allégations révélées vendredi par Henda Ayari, une ancienne salafiste devenue militante féministe et laïque, sur sa page Facebook, en plein débat autour du harcèlement sexuel dans la société. Elle les avait déjà relatées dans un livre paru en 2016, sans avoir révélé le nom de son agresseur en raison de « menaces de sa part ».

« Démenti formel » de Ramadan

Du côté de Tariq Ramadan, son avocat Me Yassine Bouzrou a indiqué que son client opposant « un démenti formel à ces allégations ». Il a à son tour déposé plainte lundi pour « dénonciation calomnieuse », selon une copie de la plainte obtenue par l’AFP.

Petit-fils du fondateur de la confrérie des Frères musulmans, Tariq Ramadan est professeur d’études islamiques contemporaines à l’université d’Oxford, en Grande-Bretagne. S’il dispose d’une certaine popularité auprès d’une partie des fidèles musulmans, il est également très contesté, notamment dans les milieux laïques, qui voient en lui le tenant d’un islam politique.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici