Sierra Leone : un « diamant de la paix » à plusieurs millions de dollars pour financer le développement

Par Jeune Afrique

Présentation du plus gros diamant brut découvert en 100 ans, le 14 juin 2016 à Londres. La pierre a été extraite au Botswana en 2015. © Matt Dunham/AP/SIPA

La Sierra Leone espère lever des millions de dollars pour financer des projets de développement en mettant aux enchères un immense diamant, parmi les plus grand du monde, à New York, en décembre prochain.

C’est la deuxième fois que le gouvernement sierra-léonais tente de vendre ce diamant de 709 carats, baptisé « Diamant de la paix« , après avoir refusé l’offre la plus élevée, de 7,8 millions de dollars, lors d’une première vente aux enchères en mai, à New York.

Plus de la moitié du produit de la vente servira à financer l’eau potable, l’électricité, l’éducation et la santé au Sierra Leone, notamment dans le village de Koryardu, dans la région orientale de Kono, où le diamant a été extrait, en mars, par un pasteur chrétien qui en a fait don au gouvernement.

« Il y a une raison pour laquelle Dieu a donné ces diamants aux personnes les plus démunies et a fait que les personnes les plus riches les convoitent » a déclaré à Reuters Martin Rapaport, président du Rapaport Group, un réseau de sociétés diamantaires qui gérera la vente aux enchères.

Quelle que soit la raison divine invoquée par M. Rapaport, les diamants ont en tout cas permis de financer la longue guerre civile sierra-léonaise, qui s’est achevée en 2002, et au cours de laquelle des groupes armées forçaient des civils à extraire des minerais précieux pour pouvoir acheter des armes.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique