Maroc : décès du père de l’ancien chef du Polisario Mohamed Abdelaziz

Par Jeune Afrique

Le patriarche a rejoint dès 1958 l'Armée de libération du Sud. © DR

 92 ans, Khalili Mohamed El Bechir Erguibi s'est éteint dans un hôpital militaire près d'Agadir. Il fut officier de l'armée marocaine.

Khalili Mohamed El Bechir Erguibi, père de l’ancien chef du Polisario, Mohamed Abdelaziz, est décédé, ce samedi 21 octobre, des suites d’une maladie liée à des complications gastriques. Il a rendu l’âme à l’hôpital militaire d’Inezgane, petite ville située à côté d’Agadir, dans le sud du Maroc.

Âgé de 92 ans, il avait été hospitalisé une première fois le 19 octobre et avait pu sortir de l’hôpital, mais il avait subi une rechute et sa situation s’est compliquée par la suite. 

Natif de la région de Oued Sakia El Hamra, au sein d’une famille de nomades des Reguibat qui transhumait dans le nord-est du Sahara espagnol, il rejoint en 1958 les rangs de l’Armée de libération du Sud (ALS), qui mène une guérilla contre l’armée du dictateur espagnol Franco.

Un ancien militaire de l’armée royale

Après l’échec de l’insurrection, il rejoint le sud du Maroc, où il est intégré dans l’armée. Suit une longue série d’affectations (Tan Tan, Chefchaouen, Kenitra, Marrakech, Kasba Tadla) jusqu’à la retraite, en 1977. Membre du Conseil royal consultatif des affaires sahariennes, décoré du Wissam Al Rida, Khalili Erguibi vivait jusqu’à aujourd’hui entre Kasba Tadla et Laâyoune. L’immense majorité de ses enfants, 13 en tout, vivent au Maroc et certains d’entre eux sont même farouchement engagés pour le Sahara marocain. 

Son fils, Mohamed Abdelaziz, est décédé dans les camps de Tindouf, le 31 mai 2016. Il a été remplacé par Brahim Ghali, chef du Front Polisario et de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). 

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique