Maroc : PAM, chronologie d’une crise

Ilyas El Omari, ancien secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM). © Alexandre DUPEYRON / JA

Le parti du tracteur tient son conseil national ce dimanche 22 octobre sur fond de bataille sur son leadership. Chronologie d'un malaise qui monte.

Ce dimanche 22 octobre, le Parti authenticité et modernité réunit son conseil national à Skhirat, près de Rabat, pour acter la démission de son secrétaire général, Ilyass El Omari. Se sentant visé par un discours du roi prononcé fin juillet et qui avait critiqué la défaillance de la classe politique dans la gestion des contestations du Rif – la région dont il assure la présidence – ce dernier a préféré rendre le tablier évoquant « des raisons personnelles ».

Même s’il a démissionné, son ombre n’a jamais autant plané sur le parti. Certains de ses collègues lui prêtent son intention de revenir et l’accusent de continuer à tirer les ficelles du parti. Depuis quelques semaines donc, pro et anti-Ilyass se tirent à boulets rouges sur les colonnes de la presse, s’accusant, entre autres, d’enrichissement illicites. En pleine crise de leadership, les pamistes lavent leur linge sale en public.

Deuxième formation politique du Maroc après le PJD, le PAM est en train de vivre sa première crise interne après une naissance en fanfare, à la faveur d’une volonté royale de restructuration du champ politique. Chronologie.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici