Mali – CPI : ce qu’a dit Fatou Bensouda à Bamako

Par - à Bamako

Fatou Bensouda, procureure de la Cour Pénale Internationale à la Haye le 27 novembre 2017 © Peter Dejong/AP/SIPA

Apres les multiples allégations de violations des droits de l’homme par l’armée malienne et les groupes armées du nord du pays, la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a fait une visite de deux jours au Mali.

Durant son séjour, qui a duré du 17 au 19 octobre, elle a rencontré les plus hautes autorités du pays, notamment le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, et tous les chefs militaires basés dans la capitale pour faire le point des exactions contre les civils documentées par les ONG de défense des droits de l’homme. Avant de quitter le Mali, Fatou Bensouda a fait des déclarations à la presse dont voici les principaux extraits.

Sur le massacre de plusieurs dizaines de soldats maliens à Aguelhoc, dans la région de Kidal, en 2012

« Ce sont des accusations très sérieuses, notre bureau est saisi de cette question. Nous l’étudions de la même manière que nous étudions les crimes et les assassinats contre les Casques bleus. Nous sommes attentifs à tout ce qui se passe au Mali. Dans nos enquêtes, nous étudions toutes les parties impliquées dans le conflit. »

Sur les fosses communes de civils peuls que l’armée est suspectée d’avoir tués dans le centre du pays

« Je ne veux pas parler de cas spécifiques pour des raisons de confidentialité de l’enquête, mais mon bureau travail sur ce dossier. »

Nous allons soumettre l’accusation contre Nicolas Sarkozy aux mêmes tests que toutes les autres allégations qu’on reçoit

Sur la plainte contre Nicolas Sarkozy et l’assassinat de Mouammar Kadhafi

« Cette plainte a été déposée à notre bureau le samedi dernier. Nous recevons beaucoup d’informations de crimes de ce genre. Nous allons soumettre cette accusation [contre Nicolas Sarkozy, NDLR] aux mêmes tests que toutes les autres allégations qu’on reçoit. Nous allons l’analyser, la vérifier puis la corroborer avec les vérifications que nous allons faire à notre niveau avant de décider de la suite à réserver à cette accusation. Pour le moment, ce ne sont que des suspicions. »

Sur les rumeurs de pressions que subirait la procureure de la CPI dans l’affaire Gbagbo – Blé Goudé

« Il y a beaucoup de débat sur les réseaux sociaux, nous avons entendu les même allégations, j’ai pris toutes les mesures pour examiner la situation. Ce que je peux dire sur ce point, c’est que le procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goulé est en cours. Le bureau du procureur est en train de fournir les preuves, la partie de la défense fait la même chose. Pour le moment, c’est sur ça que mon bureau se concentre afin que chacun présente ses preuves devant le juge. »

Après le jugement de Ahmad Al Faqi Al Mahdi, les enquêtes sur d’autres jihadistes

« Tombouctou était au cœur de notre enquête. Il est important qu’un crime de cette nature soit souligné pour montrer que c’est un crime sérieux et couvert par le statut de Rome. Les enquêtes continuent sur les autres crimes notamment les crimes sexuels et autres crimes basés sur le genre. La CPI suit de près ce qui se passe au Mali. »

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique