Le Kenya en pleine crise politique à une semaine de la date prévue pour la nouvelle présidentielle

Des supporters de l'opposant Raila Odinga lors d'un meeting près de Nairobi, le 18 octobre 2017. © Ben Curtis/AP/SIPA

L’incertitude règne au Kenya, alors que la Commission électorale a perdu en légitimité et que l’opposant Raila Odinga s’est retiré de la course à la présidentielle. La crédibilité du nouveau scrutin prévu le 26 octobre est en jeu.

A seulement quelques jours de l’élection présidentielle prévue ce jeudi 26 octobre, le Kenya est plongé dans une crise politique inédite. Le bras-de-fer entre Raila Odinga et Uhuru Kenyatta se joue autant dans les rues que devant les tribunaux et devant les plus hautes instances du pays. Quelle est la situation ? Quelle est la stratégie de l’opposant historique dans cette séquence politique ? A quoi faut-il s’attendre pour la semaine à hauts risque qui s’ouvre ? Jeune Afrique fait le point des enjeux, à une semaine de la date fatidique.

  • Quelle est la stratégie de Raila Odinga ?

En se retirant de la course à la présidentielle le 10 octobre dernier, le leader de l’opposition espérait l’annulation du scrutin du 26 octobre, et l’organisation d’une nouvelle élection dans un délai de trois mois. Ce qui laisserait, selon l’opposition, le temps aux différentes parties de se mettre d’accord sur les réformes à adopter suite à l’annulation le 1er septembre des élections par la Cour suprême pour « illégalités et irrégularités ».

Pas de réforme, pas d’élections

Le camp de Raila Odinga demande, entre autres, le départ de certains des hauts-cadre de la Commission électorale (IEBC), et des améliorations dans le processus du vote. « Pas de réforme, pas d’élections », scandent ses partisans, qui descendent régulièrement dans les rues depuis deux semaines.

Une tactique qui a peu de chance de porter ses fruits selon le spécialiste de la politique kényane Nic Cheeseman : « Le gouvernement maintient sa volonté d’organiser les élections du 26 octobre, et une récente décision de la Haute cour a autorisé la participation d’autres candidats au scrutin, ce qui met à mal l’argumentaire de l’opposition ».

Raila Odinga semble avoir choisi la stratégie du moindre mal

La coalition de l’opposition NASA se basait en effet sur une interprétation d’une décision de la Cour suprême de 2013, qui, en envisageant une élection à deux candidats, avait ordonné l’annulation du vote en cas de retrait de l’un d’entre eux.

Aujourd’hui, la position du leader de la NASA est ambiguë. S’il maintient sa volonté de boycotter les élections, il n’a pas rempli les documents officiels nécessaires à son retrait, et la Commission électorale le considère toujours comme candidat. Il semble d’ailleurs reparti en campagne, en tenant plusieurs meetings cette semaine.

Devant un gouvernement en position de force qui refuse le dialogue, Raila Odinga a peu d’options. « Il semble avoir choisi la stratégie du moindre mal, en se concentrant sur une campagne pour une amélioration du processus électoral, au lieu d’une campagne pour une présidentielle qu’il risque de perdre » conclut Nic Cheeseman. Mais d’ici le 26 octobre, tout peut encore changer.

  • La Commission électorale est-elle prête à organiser un nouveau scrutin crédible ?

Rien n’est moins sûr. La démission ce matin de Roselyne Akombe, l’une des principales figures de la Commission, souligne une fois de plus les luttes au sein de l’institution et porte un nouveau coup à sa légitimité.

Pour justifier son départ, Roselyne Akombe n’a d’ailleurs pas mâché ses mots : « La Commission est assiégée, et est devenue partie prenante de la crise ». Elle dénonce également des positions partisanes au sein de l’organisme rendant impossible l’organisation d’élections crédibles le 26 octobre.

Difficile, dans le contexte actuel, de garantir une élection crédible

C’est un nouveau coup dur pour la Commission, après le verdict de la Cour suprême qui l’a entièrement tenue responsable des irrégularités ayant entaché le premier scrutin. Des critiques auxquels l’IEBC avait répondu en publiant dix « améliorations du processus électoral », saluées par la mission d’observation de l’Union européenne.

Mais cela n’aura pas suffi à rétablir la confiance. Réagissant au départ de sa commissaire, le président de l’IEBC, Wafula Chebukati a maintenu la date du 26 octobre, tout en avouant lui aussi « qu’il est difficile, dans le contexte actuel, de garantir une élection crédible ».

Il a ainsi exprimé le dilemme dans lequel se trouve son institution, tenue par la Constitution d’organiser des élections avant le 1er novembre dans un contexte de tensions grandissantes, au risque d’entacher la crédibilité de l’exercice. Appelant une nouvelle fois à un dialogue entre les différents partis, il a fermement condamné le comportement des politiciens.  

  • Y a-t-il un risque de violence ?

Selon Murithi Muthiga, chercheur à l’International Crisis Group, cette élection est bien plus risquée que la précédente. « Il y a aujourd’hui une polarisation grandissante entre les deux camps, et une forte tension entre leurs partisans, explique-t-il. On aurait pu espérer qu’après la décision historique de la Cour suprême, les politiciens tentent de s’accorder sur la marche à suivre. Malheureusement, ils ont décidé de jouer le jeu de la division ».

En adoptant des amendements controversés à la loi électorale à quelques jours de l’élection, le parti au pouvoir a cristallisé les tensions, tandis que Raila Odinga se refuse à tout compromis concernant ses nombreuses demandes à la commission électorale.

Quiconque tentera d’empêcher le bon déroulement des élections sera fermement puni

À l’ouest du pays, bastion de l’opposition, les tensions se font déjà sentir. Trois personnes y ont perdu la vie en marge d’affrontement entre des manifestants et la police ces six derniers jours. Les agents de la Commission électorale y sont également victimes d’attaques de partisans en colère.

Cela n’a pas empêché Raila Odinga de durcir le ton lors d’un meeting ce mercredi 18 octobre.  Renforcé par la démission de Roselyn Akombe, il a appelé à des manifestations dans tout le pays le 26 octobre, jour du scrutin.

Le bon déroulement du vote, s’il a lieu, dépendra donc grandement de la réaction de la police, très critiquée pour ses méthodes violentes. Uhuru Kenyatta, lui, a prévenu : « Quiconque tentera d’empêcher le bon déroulement des élections et d’attaquer les agents de la Commission électorale sera fermement puni ».

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique