Mali : les fraudes et la mauvaise gestion ont coûté 70 milliards de Francs CFA en 2015

Par Jeune Afrique

Petit vendeur d'essence dans une station informelle à Gao, au Mali, en 2009. L'importation illicite de produits pétroliers est l'un des gros manque à gagner pour l'État malien. © Flickr / Creative Commons / Marco Bellucci

C'est la conclusion du rapport remis à Ibrahim Boubacar Keïta par Amadou Ousmane Toure, Vérificateur général du Mali. En cause : des fraudes, des irrégularités et des problèmes de gestion au sein des administrations publiques maliennes qui ont coûté à l'État la bagatelle de 70,13 milliards de Francs CFA, soit 110 millions d'euros.

Le dernier rapport du Bureau du Vérificateur général du Mali, qui porte sur l’année 2015, pointe des manquements ayant entraîné « des déperditions financières qui se chiffrent à 70,13 milliards de Francs CFA (110 millions d’euros) dont 32,78 milliards de Francs CFA en fraude et 37,35 milliards de Francs CFA en mauvaise gestion », précise un communiqué du Bureau du Vérificateur général.

Ce bureau de contrôle de la sphère publique a effectué des vérifications au sein de 23 structures, dont « une institution de la République, des services de l’Administration centrale y compris des Directions des Finances et du Matériel, des Autorités Administratives Indépendantes, des organismes personnalisés et des sociétés à participation étatique ».

Pétrole et mines au centre des pratiques illicites

Le rapport pointe plusieurs domaines en proie à des fraudes. Parmi eux, les importations dissimulées de produits pétroliers en provenance du Sénégal représentaient en 2015 un manque à gagner pour l’État de 22,7 milliards de Francs CFA en taxes et droits de douanes.

Le Vérificateur général dénonce également de nombreuses irrégularités dans le secteur minier, « aussi bien dans la délivrance des titres miniers que dans la collecte des recettes minières », qui ont entraîné des pertes financières égales à 1,61 milliards de Francs CFA.

Les fraudes et problèmes de gestion touchent aussi, selon le rapport, la politique de gestion des bâtiments publics, les dépenses électorales et la directions des Finances et du Matériel.

Remboursements

Ces fraudes donnent parfois lieu à des remboursements. Ainsi, en 2015, le rapport précise que « le Trésor Public a perçu un montant total de 462,47 millions de FCFA remboursés (…) par des gestionnaires des entités vérifiées, soit au cours des missions de vérification, soit pendant l’investigation judiciaire. »

Des remboursements dont les montants restent cependant largement inférieurs à l’ampleur des fraudes, et qui font dire au Bureau de vérification que « le phénomène de la délinquance économique et financière a véritablement tendance à survivre au génie du contrôle malien. »

 

Rapport_Annuel_2015 Verificateur General Mali by jeuneafrique on Scribd

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique